7/10Derib, un créateur et son univers

/ Critique - écrit par iscarioth, le 17/06/2006
Notre verdict : 7/10 - Biographie intimiste et admirative (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 1 réaction

Derib est un dessinateur très marquant pour la bande dessinée franco-belge. Il a connu un succès mondial avec sa série jeunesse Yakari, récemment adaptée en série dessin animé, mais aussi avec Buddy Longway, dont le vingtième et dernier tome vient de paraître, concluant une série entamée il y a plus de trente ans. Derib, c'est aussi la controverse de one-shot préventifs sur le sida (Jo), la prostitution (Pour toi Sandra) et la délinquance (No limits) qui ont fait polémique, par leur teneur plutôt réactionnaire et caricaturale. Derib : un créateur et son univers, paru aux éditions Le Lombard est à forte teneur biographique. Georges Pernin ne cherche pas à critiquer son auteur fétiche, juste à expliquer sa passion, à décrire la vie et l'oeuvre de Derib. Il s'agira forcément pour l'acheteur d'être en phase avec cette admiration.

Fan art

Sur la forme, l'ouvrage est très richement documenté en inédits et autres planches ou illustrations difficile à trouver ailleurs. Les photographies, croquis, illustrations, peintures, crayonnés et planches réunis sont très nombreux et témoignent d'un véritable travail de passionné. Georges Pernin va si loin dans les détails de vie et dans l'intimité de Derib (sa relation avec son père, sa femme) qu'on a du mal à ne pas croire à l'autobiographie. Le livre est divisé par franges thématiques et nous dévoile certains pans méconnus de la carrière de l'auteur. De nombreux projets avortés, comme cette bande dessinée prenant pour personnage principal un homme au physique renvoyant à Georges Brassens, ou peu diffusés, comme certaines planches de gags, notamment sous l'influence d'Uderzo ou de Peyo. Les textes sont écrits dans un style très dynamique, avec des phrases rythmées et souvent ponctuées de point d'exclamation. Pernin insiste sur la passion de Derib pour le western, les animaux, puis détaille dans un dernier tiers le contenu de la bibliographie de l'auteur.

« Yakari, c'est d'abord un ensemble de belles histoires, fraîches comme une rosée dans la prairie »

Lorsque Georges Pernin parle des albums signés Derib dans des sous-parties dédiées, il nous fait le plaisir d'éviter le récapitulatif historique et tout le blabla type « making-of ». Il nous livre son ressenti sur le travail accompli. Bien évidemment, sa prose est très élogieuse. Jamais un reproche, jamais une dépréciation, mais quand même, des textes à teneur analytique. Au programme : Yakari, Go West, Buddy Longway mais aussi Celui-qui-est-né-deux-fois et Les Ahlalaas, bien moins connus. On regrettera que ses oeuvres les plus largement diffusées au grand public et les plus polémiques, Jo, Pour toi Sandra et No limits, ne soient qu'aussi peu discutés.

Un ouvrage biographique à conseiller aux réels amoureux de Derib. La plume de Georges Pernin est élégante, mais aura certainement tendance à lasser les moins admiratifs par ses excès panégyriques.

A découvrir
Herbe bleue (L')
Herbe bleue (L')
Colonel Chabert (Le)
Colonel Chabert (Le)
Apprenti assassin (L') - Tome 1 - L'assassin royal
Apprenti assassin (L') - Tome 1 - L'assassin royal