ATTENTION : CONTENU RESERVE A UN PUBLIC AVERTI

Les images et textes à caractère érotique, pornographique ou violent contenus dans cette page peuvent choquer certaines sensibilités. En consultant cette page, vous attestez être majeur au regard de la loi française et vous prenez vos responsabilités par rapport à son contenu.

CONSULTER QUITTER

7/10Unbreak me T1 - Lexi Ryan

/ Critique - écrit par C.Saffy, le 10/07/2014
Notre verdict : 7/10 - Cœur brisé se doit d'être réparé. (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Une romance érotique de bonne facture qui, sans être renversante se laisse lire et déguster comme la midinette savoure une belle coupe de glace fraîche et bien sucrée.

Maggie, jeune femme attachée au monde de l’art revient dans sa ville natale – que l’on pourra qualifier de bourgade de province – après avoir disparu pendant un an au terme d’une rupture familiale des plus explosives : elle a pratiquement quitté son fiancé en titre au pied de l’hôtel, fui une réputation de fille facile moquée et montrée du doigt et elle revient pour assister au mariage de sa sœur avec William qui n’est autre que… son ancien fiancé. Maggie est à fleur de peau, tente de se reconstruire tant bien que mal, mais difficile de lutter quand tous les regards convergent vers vous avec une évidente désapprobation. Comme si cela ne suffisait pas, et bien que Maggie n’en soit pas responsable, d’horribles odeurs d’égout remontent pendant la cérémonie, amenant les invités à vomir tripes et boyaux. La famille se trouvait dans l’obligation d’annuler le mariage, mais pas la fête qui a déjà été préparée et laquelle tout le monde se rend. Esseulée et peu encline à bavarder avec ses proches, Maggie est remarquée par un homme dont l’attitude nonchalante est aussi décalée que la sienne – bien qu’à un autre niveau. L’homme en question, c’est Asher, le type même du bad guy ironique mais attentif à la détresse de Maggie.

Histoire torride en vue ? Oui, mais pas que. Car Maggie a fui la ville car elle était désignée comme ce qu’on appelle communément la fille facile, la salope et ce terme n’était même pas employé dans un contexte érotique amoureux. Pour tout le monde, elle est partie en laissant William sur l’autel, ajoutant encore à son statut de « planche pourrie » sur laquelle on ne peut pas compter, profondément instable. Mais si la réalité des faits dépassait encore plus cet état ?

Unbreak me est une histoire de reconstruction qui aborde la question du slut-shaming souvent absente des romances érotiques où les héroïnes assument leurs désirs, se comportent en femmes adultes et si elles vivent des quiproquos et tourments, ils se déclinent plus souvent sur le plan sentimental que sur la façon dont est perçue leur émancipation sexuelle. En cela Unbreak me, s’adresse sans doute plus à un public Young Adult qui trouvera là sans doute écho à des peurs très post-adolescentes. L’angoisse de ne pas être acceptée pour ce que l’on est, l’envie de se rebeller contre la norme, d’assumer pleinement ses désirs, vivre de sa passion… On y aborde des thématiques pas forcément attendues dans un roman de ce genre tel que l’avortement, le suicide, la dépression ; tout en ajoutant une bonne dose de fantasme de jeune fille en faisant d’Asher un chanteur de rock à la 30 seconds to mars, revenu presque incognito dans la ville de Maggie et qui bien sûr, tombe amoureux d’elle dès qu’ils font l’amour. C'est un mélange pas si commun dans un univers par ailleurs assez codifié et respectant bien les canons du genre. 

Le reproche principal que l’on peut opposer à ce texte est l’emploi d’un triple récit (Maggie/Asher/William) sans véritables nuances et dont on peine parfois à distinguer les intervenants. Notons aussi au rayon des placements de produits à la sauvage que les deux garçons sont capables de préciser à tout va que leurs copines portent de la lingerie Vannina Vesperini avec détails du vêtement à l’appui, ce qui parait quand même hautement exagéré et aussi grossier que lorsque Lady Gaga fait des gros plans sur une bouteille de Campari ou son Virgin Mobile dans ses clips. Même la référence à Aubade dans Beautiful Bastard avait plus de sens dans l’intrigue. Ce sont des personnages qui correspondent à des archétypes, mais ne s’en éloignent jamais et ne donc pas loin de basculer dans le stéréotype. En l’état, même si le texte est bien construit, attachant, excitant, les membres de ce trio auraient mérité d'être plus creusés, travaillés.

Cela reste néanmoins un roman plaisant, émoustillant et émouvant, mais sans doute pas au point de lire la suite - puisque désormais tout texte érotique Young Adult ou non se doit d’être décliné en trilogie ou diptyque…

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Blue Öyster Cult, La carrière du mal - Interview de Matthieu Bollon et Aurélien Lemant