9/10Traces de vies

/ Critique - écrit par Lestat, le 28/01/2005
Notre verdict : 9/10 - Une vie moins ordinaire (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

"La vie puise dans l'écriture et les livres s'inspirent de la réalité."

Cette jolie phrase de l'écrivain Enrique Vila-Matas irai comme un gant à l'ouvrage qui nous intéresses aujourd'hui, intitulé Traces de Vies. Dans ce recueil de nouvelles plus ou moins longues, des tracas de la vie, des personnages atypiques, des situations pas si absurdes. La vie de tout les jours y est décortiquée au cas par cas, au fil de différents portraits d'anonymes originaux. Nous y croisons un homme qui tente de se suicider sans y parvenir, un mystérieux clochard qui lance des colliers de perles aux jambes des dames, un tueur à gage, un homme qui n'aspire qu'au silence...Une liste que vous allongerez vous même, et croyez le, elle en vaut la peine.

Curieusement vendu sous le label de l'humour noir, Traces de Vies évite le macabre pour des histoires légères, souvent en demi-teinte, où l'humour est davantage suggéré qu'étalé à grands fracas. Histoires de tout les jours ou presque, portées par des protagonistes singuliers et attachants. Mais la grande originalité de Traces de Vies est d'aller plus loin que la simple compilation de nouvelles et met un point d'honneur à relier de points qui n'ont à première vue rien à voir entre eux. Au fil des nouvelles, nous retrouvons des noms, des scènes, enfermant le recueil dans un microcosme bien à lui. Intelligent, le procédé confère à l'ensemble une note agréable et touchante. Les personnages n'ayant pas une vie cloisonnée dans une histoire unique, ils gagnent en humanité, en profondeur, apportant une petite touche qui donne tout simplement envie de continuer la lecture, et de le faire avec plaisir. Finalement, Traces de Vies pourrait être vu tel une chronique tournant autour d'une ville comme il y en a tellement. Une simple chronique, racontée selon de multiples points de vues, au travers de saynètes qui pourraient être celles du quotidien. L'enfer des files d'attente, la lutte contre les PV, la pollution sonore...Au travers de ses intrigues, Pierre Marmiesse livre parfois de petites réflexions pertinentes et amusantes, rendant ses écrits moins anodins qu'ils en ont l'air. Sa plume sent le vécu, et quand il vise c'est invariablement dans le mille.

Le livre refermé, on en vient à se poser cette question : et si dans la plupart des cas, Traces de Vies ne décrivait finalement que des individus à la recherche du bonheur ? Un bonheur qu'Alexis Goom (Contretemps) souhaite trouver dans la mort : au fur et à mesure du recueil, il ne semble vivre que pour se suicider. Comme tout bonheur qui se respecte, il arrivera à tout sauf à l'atteindre. Guillaume Godfrey, dans Perles, lance des colliers de perles dans la rue. Petit jeu pour ce clochard qui lui rapporte quelque argent. Au final, un idéal de vivre que son changement de condition de perturbera pas. Dans Ataraxie, Louis Feda ne désire qu'une chose : avoir la paix ! Ou plus subtilement, pouvoir lire son livre, tranquillement, sans bruits stridents ou pétaradants pour le déranger. D'autres s'accomplissent dans leur travail, remplissant leur mission, ce pour quoi ils sont fait. Pessimistes ou optimistes, chacune de ces histoires ou presque nous montre ici une passion à assouvir (Madones), là un changement à atteindre (le grinçant Latin Lover). Cela dans un style impeccable, aussi agréable que facile à lire.

Traces de Vies est une oeuvre à part dans le registre de l'humour. On se demande même un peu ce qu'il y fait car décidément, il ne fait pas se tordre de rire. Plaisant et intelligent, voici un livre sans doutes un peu hybride, peut être même un peu OVNI sur les bords. Autant de raisons qui poussent à l'aimer...

A découvrir
Voie du cygne (La)
Voie du cygne (La)
Herbe bleue (L')
Herbe bleue (L')
Mathieu Gaborit - Interview
Mathieu Gaborit - Interview