8.5/10Tous à poil ! ... et tout bronzés !

/ Critique - écrit par hiddenplace, le 03/05/2011
Notre verdict : 8.5/10 - Des corps de théâtre (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 2 réactions

Tous à poil ! avec son titre qui n’a presque pas besoin d’illustration, son cheminement narratif simple mais efficace, son effeuillage presque chorégraphique de personnages issus de notre quotidien, est un album tendre et amusant sur ce tabou bien délicat.

En lisant ce titre, vous vous demandez sûrement si Claire Franek et Mark Daniau nous réservent une dialectique en faveur du naturisme, et tout cela à destination des enfants ? Eh bien, détrompez-vous, ce n’est pas son but, et pourtant l’album nous offre une série de tableaux en apparence directement inspirés des plages du Cap d’Agde. Mais plus subtile qu’une simple chronique de société, c’est une mise en situation gracieuse et pleine d’humour qui se présente à nous. Un regard tendre sur ce qui nous relie autant qu’il nous singularise : notre corps.


Illustration de Mark Daniau, issue de Tous à poil !
texte de Claire Franek, Le Rouergue, 2011
Un bras, un sein, quelques orteils ou une paire de fesses... et plus si affinité. Voilà ce que dévoile au fil de ses pages ce curieux livre, Tous à poil ! Des attributs que nous possédons d’ordinaire en égale quantité. Et a priori, malgré la fierté, l’indifférence ou la honte éprouvée devant notre miroir le matin, nos possessions fluctuantes, ou nos divergences d’opinion, nous parviendrons tous égaux au terme de notre vie : tout nus, munis (on l'espère) de ces mêmes dotations. Alors comment aborder et dédramatiser la question de la nudité ? la regarder ou la montrer ? D’autant plus que la pudeur naturelle et tout à fait légitime chez les enfants mérite bien une représentation qui la respecte, ne la choque en aucune manière. S’il est vrai que la peinture d’une femme toute nue (surtout entre deux hommes eux-même chaudement vêtus) lors d’un Déjeuner sur l’herbe a pu choquer au temps de Manet, aujourd’hui nos publicités n’ont plus peur « d’utiliser » cette même femme en tenue d’Eve pour prôner les mérites d’un vulgaire yaourt sur nos écrans et papiers glacés.

Mais bien évidemment, la démarche qui anime l’auteure Claire Franek est tout autre. Déjà, l’utilisation de ce terme tout au long du recueil : « à poil !». Une expression familière et affectueuse, sorte de moquerie décomplexée qui brise d’emblée le tabou en lui donnant cette tonalité humoristique et éloquente. Au fil des pages, la tournure se fait récurrente (« A poil un tel ! ») sur la page de gauche, accompagnant chacun des personnages que l’on découvre soit dans le plus simple appareil, soit sur le point de l’être sur la page de droite. De temps en temps, une petite entorse à la formulation ou au sens de cette phrase, notamment pour la mamie ou pour le chien (qui paradoxalement illustre la première de couverture alors qu’il est une sorte d’ « intrus » au sein de la série). Le choix des individus croisés n’est d’ailleurs pas le fruit du hasard : ils appartiennent tous au monde environnant  l’enfant. Ainsi la baby-sitter, la maîtresse, la mamie, la boulangère ou les footballeurs, tous se retrouvent dans la même situation pour une chute commune. Des métiers ou des statuts soit sérieux ou intouchables, soit trop proches pour que le jeune lecteur puisse envisager qu’ils possèdent les mêmes attributs que lui, quelque part sous leurs vêtements.


Illustration de Mark Daniau, issue de Tous à poil !
texte de Claire Franek, Le Rouergue, 2011
Et pour donner corps (si l’on peut dire) à ce striptease collectif, à la fois spontané et authentique, le graphisme très pictural de Mark Daniau se pose comme une évidence. Il se vit autant qu’il se contemple, comme une sorte d’hommage au corps en lui-même, à la peinture et à tout un genre qui a ému et projeté tant de canons au fil des âges : le nu. Sa peinture de la nudité est à la fois vibrante de la vie qu’elle représente et pleine de douceur et de sensualité, elle contient par ailleurs suffisamment d’humour dans l’oscillation entre réalisme et caricature pour respecter la pudeur de celui qui en est témoin. Le traitement des textures de peaux, des teintes et des lumières est juste et pourtant les coups de pinceaux semblent libres. Les variations de silhouettes et des gabarits d’un personnage à l’autre magnifient les anatomies de chacun et invitent à accepter son propre corps et celui des autres en tournant cette fameuse nudité en dérision.

Tous à poil ! avec son titre qui n’a presque pas besoin d’illustration, son cheminement narratif simple mais efficace, son effeuillage presque chorégraphique de personnages issus de notre quotidien, est un album tendre et amusant sur ce tabou bien délicat. Un sujet difficile à appréhender autant chez les petits que chez les plus grands, mais que chacun prendra plaisir à mettre à nu, tout en gardant son propre corps au chaud sous sa petite couche de vêtements.

A découvrir
Herbe bleue (L')
Herbe bleue (L')
Ami retrouvé (L')
Ami retrouvé (L')
Empire des anges (L')
Empire des anges (L')