4.5/10Sept jours pour une éternité

/ Critique - écrit par Luz, le 18/10/2007
Notre verdict : 4.5/10 - L'évangile pour midinettes, selon Saint Levy (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 7 réactions

Eternité : Nom féminin
Qui n'a ni début, ni fin.
Durée qui semble extrèmement longue.
Synonyme : Chiant.

« Il y eut une nuit, il y eut un matin »

Le titre dévoile tout : sept jours, une éternité. Pourquoi aller plus loin ? Parce que le parcours entre les deux peut être intéressant, « peut-être ». Marc Levy est reconnu comme un auteur populaire : c'est-à-dire que ses livres sont faciles à lire, et accessibles à tous, écrits de façon plutôt agréable, et des histoires relativement courtes. Bref, des romans que l'on peut lire en une après-midi à la plage.

L'histoire de celui-ci est plutôt tordue, osée, mais sa narration est agréable et fluide, et les pages défilent assez rapidement, le lecteur voulant connaître à tout prix la suite. Toutefois, il est en retrait par rapport à son premier roman, Et si c'était vrai. En effet, il nous avait habitués à mieux, et on est en droit d'espérer que c'est juste une petite panne d'inspiration. Il s'agit ici d'une comédie, changeant de son style habituel, donc encore plus niais/gentillet, mais reprenant une histoire d'amour somme toute classique entre deux protagonistes que tout oppose. Bref, on sait au bout de quelques pages comment cela va se terminer, après tout c'est du Marc Levy.

Les personnages sont certes très attachants, mais stéréotypés et quoi de plus normal, puisqu'ils sont sensés représenter deux "castes" opposées. D'un coté on a l'ange, la femme, qui représente le bien, elle est gentille, généreuse, altruiste et de l'autre on a l'homme, le démon qui est égoïste, voleur et profiteur. Remarquez, ici au moins, ce n'est pas la femme qui a péché en croquant la pomme, et pas celle de Macintosh. Le récit est très lent à se mettre en place, on est parachuté au milieu d'une guerre manichéenne, les vilains méchants contre les gentils niais. Certains passages semblent un peu inutiles, sans intérêt, si ce n'est d'ajouter un peu de volume au roman. Alors, les pages défilent, on laisse Levy nous mener où il veut, sans trop savoir ce qu'il désire nous faire comprendre.

Indéniablement, le texte manque de tout : de profondeur, d'inspiration, et de conviction. A lire quand même, c'est un divertissement qu'on subit sans grand engouement, même si certains passages sont très bien trouvés, l'idée de divertissement disparaît peu à peu de notre esprit, pour ne laisser qu'une lassitude du texte. Et lorsqu'on referme enfin le livre, la première réflexion qui vient à l'esprit est : "Tout ça pour ça."

« Il y eut une nuit, il y eut un matin », et fort heureusement, on s'en est sorti.

A découvrir
Mathieu Gaborit - Interview
Mathieu Gaborit - Interview
L.A. confidential
L.A. confidential
Herbe bleue (L')
Herbe bleue (L')