8.5/10Sac d'os

/ Critique - écrit par Lestat, le 09/03/2004
Notre verdict : 8.5/10 - Dis moi qui tu hantes... (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 3 réactions

L'angoisse de la page blanche... le cauchemar de tout écrivain. Auteur à succès, ce cauchemar, Mike n'aurait jamais cru le connaître un jour, perdu qu'il est maintenant face à son traitement de texte, incapable d'écrire la moindre ligne sans être pris de crises. Tout a commencé lorsque sa femme Johana s'est effondrée en pleine rue, anéantie par une rupture d'anévrisme. Depuis, c'est la dégringolade. Pour reprendre sa vie en main, Mike va se tourner vers "Sarah Laughs", le chalet de vacances qu'il occupait alors qu'il était encore un homme marié. Un chalet hanté par une présence ambiguë. En se liant avec une jeune veuve tyranisée par son beau-père, Mike tentera de reprendre sa vie en main... ce n'est pas chose facile quand ressurgissent des forces et des histoires qui dépassent le commun des mortels.

Renouveler un genre aussi ancien et traditionnel que l'histoire de fantômes n'est pas chose aisée. D'ailleurs, Stephen King n'essaie même pas, se contentant d'apporter sa vision personnelle du mythe, en incluant ses obsessions et les réflexes qu'il s'est créés durant toutes ses années d'écriture. Et c'est bien en cela que Sac d'Os se détache, par l'émouvant récit d'une histoire d'amour littéralement immortel. Sac d'Os est un roman qui privilégie la poésie à la peur, où l'invisible peut se faire tour à tour rassurant et menaçant. Maniant habilement plusieurs thèmes, Stephen King nous entraîne au plus profond de la solitude et de la douleur d'un homme devenu veuf prématurément, lorsques certains petits riens de la vie, aussi insignifiants que de lire un livre entamé, deviennent des sacrilèges monstrueux lorsque tout rapelle le souvenir de l'être disparu. A ce niveau, Sac d'Os aborde par ailleurs un sujet intéressant bien que souvent tabou : celui de la reconquête, du sexe, du sentiment de tromperie permanent, tout ceci développé avec simplicité sans faute de goût ou d'exagérations lacrymales qui font de cet ouvrage un récit touchant. King l'écrivain trouve également l'occasion de prendre la parole, par la bouche de son héros. C'est ainsi que s'imbriquant dans le récit, il nous délivre certaines ficelles de son métier, quelques aléas, mettant à jour certains points de la fonction, lors de passages anodins mais passionants, tout en restant cohérent.

Sac d'Os prend parfois l'allure de drame humain, il verse également dans le polar mais n'en oublie jamais son sujet, distillant de petites touches de fantastique au fil des pages. Par petits bouts, parfois un simple détail, amusant, touchant ou inquiétant, cela jusqu'à un final dantesque où toutes les forces se déchaînent, dans un combat desespéré pour l'amour et la vengeance. Sans effets de manche et ne s'alourdissant pas de reflexions trop sophisitiquées, Sac d'Os, paru en 1998, préfigure parfois ce que sera le futur Dreamcatcher, lorsque King pénètre l'univers du rêve, univers où plus rien n'a de limites, permettant quelques passages oniriques hallucinants.

Roman à la poésie noire, où la fascination et la beauté remplacent la tension et la terreur, Sac D'os est un grand livre où King s'intéresse aux sentiments humains, faisant en cela un ouvrage un peu à part de son oeuvre. Un traitement original pour une histoire mélancolique et un récit qui ne cherche jamais la banalité.

Sac d'Os connaîtra prochainement une adaptation cinéma. C'est faisable. Mais ça ne sera pas facile...

A découvrir
Roue du temps (La)
Roue du temps (La)
Herbe bleue (L')
Herbe bleue (L')
Parfum (Le)
Parfum (Le)