7/10Royaume magique à vendre !

/ Critique - écrit par Filipe, le 21/02/2006
Notre verdict : 7/10 - Fantasy de bas étage (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

Ben Holiday n'est plus que l'ombre de lui-même depuis la mort de sa femme. Avocat désabusé, il a perdu toute foi en la justice des hommes et n'espère plus un monde meilleur.
Alors, pourquoi ne pas répondre à cette annonce publicitaire : "Achetez un royaume pour un million de dollars ! Landover, terre d'enchantement et d'aventure tirée des brumes du temps, pays de chevaliers et de pages, de dragons et de gentes demoiselles, de sorciers et de jeteurs de sort. Tous vos rêves deviendront réalité dans ce royaume d'un autre monde." Voilà exactement, pense-t-il, l'endroit où il pourra renouer avec ses idéaux. Malheureusement, les songes peuvent se révéler parfois plus dangereux que la réalité...

Telle est l'intrigue de Royaume magique à vendre : le premier ouvrage d'une série qui en comporte quatre autres ; publié en 1985 ; traduit de l'américain par Emmanuelle Pingault. Royaume magique... fait partie de ces "indispensables", que tout amateur de "fantasy" digne de ce nom se doit d'avoir lu au moins une fois dans sa vie, puisque c'est Terry Brooks qui en est à l'origine ; celui dont le premier ouvrage, Le glaive de Shannara, fut le premier de ce genre à entrer sur la liste des meilleures ventes du New York Times. Une distinction "en chocolat" que les éditeurs n'ont évidemment pas oublié de faire apparaître en quatrième de couverture.

Royaume Magique... est un livre où l'on retrouve absolument tout ce qui faisait le charme de nos lectures d'antan : de méchants dragons, de vilaines sorcières, de gentils petits lutins et tout un tas d'autres créatures toutes plus insolites les unes que les autres. L'humour est enfantin. Les personnages, hauts en couleur. Il n'y a pas de grande révolution, tant au niveau des structures de phrase qu'à celui du vocabulaire employé. Le récit est entrecoupé de dialogues et de monologues intérieurs. Les descriptions sont nombreuses et précises. En revanche, les scènes d'action sont plus rares et plus convenues. Il n'y a pas, à proprement parler, de moment où l'intrigue se gâte, où la situation s'effrite et nous échappe véritablement. Les retournements de situation se devinent bien avant qu'ils n'aient lieu.

L'idée de départ, celle qui a encouragé Terry Brooks à se saisir de sa plume et à écrire ce roman, est assez banale en fin de compte. Nombreux sont les auteurs qui se sont essayés à l'immersion de leur héros contemporain au sein d'un autre monde ou d'une autre époque, le soumettant ainsi à de nouvelles règles de conduite et de savoir-vivre. Mais Royaume magique... ne peut en aucun cas de résumer à cette seule entourloupe. Sous ses faux airs de conte pour enfants, le roman développe un certain nombre de valeurs fondamentales, dont la tolérance et le don de soi-même sont les premières qui me viennent en tête. Outre la réflexion sur la reconstruction de soi-même suite à la perte d'un être cher, les relations avec autrui et la vie en communauté sont longuement abordées. Pour Ben Holiday, la réussite de son projet passe inévitablement par l'acceptation de la différence et le respect de l'opinion d'autrui. Le courage et la ténacité dont il fait preuve tout au long du récit sont un peu celles d'un jeune chef d'entreprise, rêvant de détourner les lois du marché en sa faveur.

Je passe sur les autres interprétations possibles de ce roman, que je recommande à l'ensemble des lecteurs, garçons et filles, petits et grands. Je ne privilégie aucune catégorie. A l'issue de cette lecture, les plus enthousiastes se tourneront machinalement vers les quatre autres tomes de la série (La Licorne noire, Le Sceptre et le Sort, La Boîte à malice et Le Brouet des sorcières), dont les recettes sont identiques à celle de Royaume Magique... Les autres se contenteront de ce premier opus et se consoleront auprès de leurs auteurs fétiches. Libre à eux de discourir et réfuter. Cette "fantasy de bas étage" n'a rien de fantaisiste, et pourtant...

A découvrir
Thanatonautes (Les)
Thanatonautes (Les)
Colonel Chabert (Le)
Colonel Chabert (Le)
Roue du temps (La)
Roue du temps (La)