Rentrée littéraire 2007 : petit guide de survie à l'usage des lecteurs pressés

/ Actualité - écrit par Danorah, le 29/08/2007

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 8 réactions

Prenez garde, la rentrée approche ! A vos cartables, plumes, encriers et papyrus, préparez-vous à affronter cette nouvelle année scolaire dans les meilleures conditions possibles, moussaillons !

Trêve de pirateries. La rentrée dont je souhaite vous entretenir ici n'a en fait rien à voir avec la rentrée scolaire, si ce n'est que toutes deux se déroulent simultanément. Vous l'aurez deviné, la rentrée en question est la rentrée littéraire...

Commençons par le chiffre incontournable, ce chiffre qu'on retrouve sur toutes les lèvres, dans tous les articles (dont celui-ci qui ne dérogera pas à la règle) : 727. Le nombre de livres publiés lors de cette rentrée littéraire 2007 (contre 689 en 2006 et 663 en 2005), sans compter les essais et autres biographies. Un chiffre en constante augmentation, donc, ce qui ne va pas faciliter la vie des lecteurs désireux de s'y retrouver dans cette soudaine profusion de titres nouveaux.

Nouveaux titres, peut-être, mais certains noms d'auteurs sonnent de manière étrangement familière à nos oreilles. Alors, quels sont les ouvrages incontournables de cette rentrée ? Voici un petit guide de survie (garanti sans exhaustivité) à l'usage des lecteurs pressés qui souhaitent aller directement à l'essentiel :

Amélie Nothomb
Amélie Nothomb
L'infatigable Amélie Nothomb, apparemment bien installée dans la routine du succès, nous livre son petit roman annuel, Ni d'Eve ni d'Adam, récit contemporain à Stupeur et tremblements. Cadre japonais donc, et carton assuré bien évidemment. Dans la catégorie poids lourds, citons également le nouveau roman de Philippe Claudel : Le Rapport de Brodeck. Dans un cadre qui n'est pas sans rappeler la noirceur pesante et grisâtre des Ames grises, Brodeck se trouve forcé de livrer un mystérieux récit... De leur côté, les frères Olivier et Patrick Poivre d'Arvor rendent hommage à Robert Desnos, à travers le récit d'une jeune femme à la recherche de ses origines, dans J'ai tant rêvé de toi. Autre héroïne féminine, celle qu'Olivier Adam met en scène dans A l'abri de rien : une femme qui se dévoue corps et âme à des réfugiés kosovars.

Pendant que Yasmina Reza esquisse dans L'aube, le soir ou la nuit un portrait du président français qui se vend d'ores et déjà comme des petits pains, la fille d'un autre président français, Mazarine Pingeot, se penche sur un sujet aussi délicat que prompt à soulever l'intérêt (quelque peu morbide) du public, à savoir l'infanticide - le tout rédigé sous la forme d'une confession à la première personne intitulée Le Cimetière des poupées. Dans un registre assez semblable, on s'attardera également sur Tom est mort de Marie Darrieussecq, dans lequel une mère raconte la perte de son enfant.

Maurice G. Dantec
Maurice G. Dantec
Maurice Dantec signe pour sa part Artefact, roman apparemment étrange où trois histoires s'entremêlent, dont l'éditeur nous dit : « Vous n'avez pas fini d'en apprendre sur vous-mêmes ». Vaste programme... Je m'appelle François de Charles Dantzig joue également sur les multiplicités, multiplicité des personnalités cette fois, à travers l'histoire d'un certain François Darré, qui « emprunt[e] les identités les unes derrière les autres, faisant peau neuve, [mais qui] conserv[e] comme un talisman ce prénom de François ».

Dans Le Portrait de Pierre Assouline, c'est de l'Histoire vue par une œuvre d'art qu'il sera question, tandis qu'Eric Reinhardt s'interrogera sur les travers de notre société dans Cendrillon. Mentionnons également au passage la sortie de Amende honorable de Julien Capron, et Fin de l'histoire de François Bégaudeau.

En littérature étrangère, sont attendus entre autres Divisadero de Michael Ondaatje (auteur du Patient anglais) et Pelures d'oignon de Günter Grass, ainsi que Un enfant de l'amour de Doris Lessing, le nouveau John le Carré, Le chant de la mission, et le nouveau Stephen King, Histoire de Lisey.

Pour finir, projetons-nous dans un futur un peu plus lointain. Deux poids lourds s'apprêtent à fêter la sortie de leurs deux nouveaux romans, à paraître en octobre : Chagrin d'école pour Daniel Pennac, et Dans le café de la jeunesse perdue pour Patrick Modiano. Pour octobre aussi, est prévue la publication posthume des Voix de l'asphalte de Philip K. Dick, le célèbre auteur de science-fiction.

Ce petit tour d'horizon n'a bien évidemment aucune prétention à l'exhaustivité, et parmi ces 727 parutions (chiffre décidément aussi insensé qu'astronomique), parions que quelques surprises viendront s'octroyer une place dans le classement des meilleures ventes. Parions également que nombreux seront les écrivains qui ne bénéficieront pas d'une couverture médiatique suffisante pour faire valoir les qualités de leur livre, malheureusement...

Notons aussi que la rentrée littéraire marque aussi l'avènement de nombreux salons et festivals littéraires dans diverses villes françaises, et que ceux-ci sont un excellent moyen d'aller à la rencontre des écrivains (pas seulement les plus connus, qui sont souvent aussi les moins disponibles) et de faire dédicacer ses livres. Il serait dommage de s'en priver !

A découvrir
Laurent Kloetzer - Interview
Laurent Kloetzer - Interview
Mémoire vagabonde
Mémoire vagabonde
Jeu de la possession (Le)
Jeu de la possession (Le)