8/10Raz de marée

/ Critique - écrit par Lestat, le 30/06/2004
Notre verdict : 8/10 - Piège en eaux troubles (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

1948. Le Princesse Dou Han, vieux rafiot rapiécé, périt corps et bien dans les eaux froides de l'Atlantique. Que faisait-il dans ces eaux ? Quel était son chargement ? Pourquoi naviguait-il sans radio ni gilets de sauvetage ? Autant de questions qui reviendront plus de vingt ans plus tard, lors d'une macabre découverte dans le Lac Orion...

Dirk Pitt revient. Et dire qu'il revient en mauvais état serait un doux euphémisme. Onde de Choc nous l'a laissé harassé, blessé et désabusé, et pourtant, il devra à nouveau faire face à une menace que personne n'aurait pu imaginer. C'est le lot de tout les surhommes...

Avec Raz de Marée, Clive Cussler nous livre un épisode beaucoup plus sombre de son héros. Alors que l'Or des Incas était un pur divertissement, avec son lot d'incongruités, Raz de Marée, toutes proportions gardées, touche une fibre beaucoup plus réaliste, plus pessimiste et résolument plus adulte. Dès lors, c'est son sujet qui frappe. Alors que les autres opus des Dirk Pitt s'amusent à partir dans tous les sens, dans des tourbillons technologiques ou d'improbables légendes, Raz de Marée s'intéresse à l'esclavagisme. Un sujet pas facile que Cussler entreprend de traiter avec sobriété et assez de drame pour relever son bouquin au dessus du lot de ses prédécesseurs. Plus épais, plus fouillé, plus apte à appeler l'émotionnel, Raz de Marée dévoile le talent de Clive Cussler qui, nous ayant déjà prouvé qu'il était si ce n'est un bon, un efficace écrivain, montre ici une belle maîtrise dans une affaire rondement menée, où pour la première fois, son héros accuse le coup de certaines faiblesses.

Aventures, intérêts politiques compliqués, un peu de Chine pour le dépaysement, mais aussi un brin de romance, la clique de personnages habituelle et de la castagne. Raz de Marée bien que plus audacieux reprend néanmoins les touches Cussler et une fois de plus, le roman ne donne pas matière à philosopher. Pas encore le roman qui nous fouettera les neurones, mais sommes toutes une histoire au traitement efficace, une trame convaincante, un écrivain sérieux et inspiré. Paré à plonger ?

Pas prétentieux pour deux sous, Raz de Marée est une approche qui diffère des autres aventures de Dirk Pitt, celle-ci se plaçant plus pessimiste, plus fine, et plus violente. Se faisant impitoyable, Cussler fait vivre à son lecteur une éreintante noyade prématurée qui donne le frisson, et enchaîne les coups de théâtre jusqu'à une fin qui tombe un masque insoupçonné. Une belle réussite pour un plaisir de lire intact. Avec ce roman, Clive Cussler montre toute sa vocation d'écrivain, qui cherche avant tout à divertir par des histoires certes pas toujours originales, et Raz de Marée fait également figure de poncif à ce niveau, mais diablement entraînantes. Là où L'Or des Incas donnait l'impression d'être écrit par dessus la jambe, Raz de Marée rétablit la balance et montre ce que l'écrivain peut faire en s'appliquant sur son sujet. A lire indéniablement. Et une fois n'est pas coutume, à relire...

A découvrir
American tabloïd
American tabloïd
Thanatonautes (Les)
Thanatonautes (Les)
Herbe bleue (L')
Herbe bleue (L')