8/10Poèmes de terre

/ Critique - écrit par hiddenplace, le 14/06/2012
Notre verdict : 8/10 - Se mettre au ver (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Un peu comme l’avait fait Jean Gourounas dans Le mille-pattes de façon plus prosaïque et dirigée vers un public de tout petits, Olivier Douzou (Boucle d’Or et les trois ours, Le petit bonhomme pané) et Anouk Ricard (Coucous Bouzon) ont ligué leurs deux esprits taquins pour composer un recueil de poèmes autour d’une thématique… voire d’un concept commun. Un univers oulipien assez proche des Exercices de style de Raymond Queneau, à ceci près que les images viennent s’ajouter aux mots, et que bien souvent les jeux sémantiques trouvent leur plus grande force dans l’alliance des deux.

Poèmes de terre
Illustration d'Anouk Ricard,
issue de Poèmes de terre,
Rouergue 2012
Olivier Douzou n’en est plus à sa période d’essai, et bien qu’homme d’images de formation (architecture, graphisme, scénographie, illustration et édition sont autant de cordes à son arc) il a montré souvent qu’il donnait autant d’importance au texte qu’au visuel. Poèmes de terre est l’occasion rêvée pour lui de multiplier les pistes, d’emprunter divers sentiers vers l’absurde, de donner libre cours à son imagination, aux jeux de sonorités, de rythmes ou aux joutes endiablées de phonèmes et de graphèmes. Pour se jeter dans la bataille, quoi de mieux qu’une figure tout en longueur et en élasticité. Quoi, encore un mille-pattes, me direz-vous ? Que nenni, notre nouvelle muse ne nous obligera pas à compter ses pattes… puisqu’elle n’en a pas. En revanche, sa désignation en langue française présente une panoplie grouillante d’homonymes source de belles digressions sans queue ni tête. Oui, le ver de terre est à l’honneur, mais pas seulement. Avec lui, le vers en rime, en prose ou en néologismes, mais aussi le vert, le verre ou la préposition qui exprime une direction : vers. L’auteur n’hésite pas à les mélanger dans une joyeuse maestria avec des synonymes et des analogies de forme : vous croiserez ainsi des lombrics, des asticots ou des vermicelles. Des phrases en définitive plutôt poétiques parfois axées sur l’imaginaire simple des tout petits, à d’autres moments accompagnées de tournures complexes pour les plus grands. En dehors de ces jeux de sons, il « perd ses vers » dans les références qui demandent justement une bonne culture des classiques (dont les enfants déjà lecteurs ou les adultes perceront mieux les subtilités), comme les figures célèbres de La Fontaine ou les mots de Corneille, ou encore des chansons cultes telles que « Le poinçonneur des Lilas » de Gainsbourg ou « Over the rainbow » dans le Magicien d’Oz. Certains poèmes flirtent avec l’esprit de Jacques Prévert ou de Maurice Carême, tandis que d’autres fleurent bon les effluves d’un surréalisme totalement débridé. Il initie par ailleurs les plus jeunes aux figures de styles complexes ou capillotractées, comme les contre pétries.

Poèmes de terre
Illustration d'Anouk Ricard,
issue de Poèmes de terre,
Rouergue 2012
Anouk Ricard, qui fait déjà preuve dans ses albums de BD d’un sens de l’absurde facétieux et d’un trait faussement enfantin en constant décalage avec son contenu (voir le détonnant Coucous Bouzon, donc), nous offre ici des illustrations tour à tour mignonnes et second degré. Comme Olivier Douzou, elle se prête au jeu avec un plaisir évident, et multiplie les techniques tout en gardant son identité graphique bien reconnaissable : des lignes rondouillardes cernant des couleurs pleines, chaudes et opaques, un univers minimaliste proche du geste brut enfantin, tout cela en peinture, en photo, en maquette, ou dans un savant mélange des trois. Elle n’hésite pas à glisser dans ses images des références ou des inférences (un petit clin d’œil à Pinocchio par exemple) qui répondent à l’esprit ludique des mots de l’auteur. Il est par ailleurs fort probable qu’elle inspire aux plus jeunes l’envie furieuse d’aller se rouler un petit ver en pâte à modeler et de le mettre en scène dans des situations farfelues devant l’objectif.

Recueil rempli d’une verve et d’une imagerie inventives autour du ver de terre et de son microcosme, Poèmes de terre est une promenade colorée et pleine d’humour dans l’univers de deux créatifs qui unissent leur soif de calembours et de fantaisie visuelle. Il s’adresse aussi bien aux petits grâce au graphisme tendre et « moëlleux » d’Anouk Ricard ou à la simplicité et la musique des mots d’Olivier Douzou, qu’à des grands enfants par la diversité des références, des subtilités de langue, ou la tonalité moderne et percutante des images.

A découvrir
L.A. confidential
L.A. confidential
Laurent Kloetzer - Interview
Laurent Kloetzer - Interview
Mathieu Gaborit - Interview
Mathieu Gaborit - Interview