8/10La planète des singes

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 07/03/2011
Notre verdict : 8/10 - Singeries (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 8 réactions

La planète des singes est indéniablement l'un des plus grands écrits de science-fiction en langue française. L'histoire ?  Celle d'explorateurs de l'espace qui découvrent une planète dominée par des singes à l'intelligence supérieure, les humains étant aussi primitifs que les singes sur notre Terre.

La littérature française a souvent abandonné la science-fiction à ses homologues anglaise et américaine : il est difficile de citer ne serait-ce qu'une dizaine de livres de SF écrits dans la langue de Molière. Parmi eux, La planète des singes fait figure de fer de lance puisqu'il a déjà été adapté, de façon plus ou moins fidèle, deux fois au cinéma (en 1968 avec Charlton Heston et en 2001 sous la direction de Tim Burton) et que le pitch est connu dans le monde entier. Évidemment, peu savent que le livre est français et qu'il est écrit par Pierre Boulle, auteur aussi du Pont de la rivière Kwaï (lisez la critique Krinein de son adaptation au cinéma). Mais revenons à notre sujet.

Phyllis et Jinn, à bord de leur voilier spatial, repêchent une bouteille flottant dans l'espace intersidéral et découvrent l'incroyable histoire de Ulysse Mérou. Ce journaliste est, en effet, choisi pour accompagner le Professeur Antelle et son assistant, Arthur Levain, dans une folle épopée interplanétaire/spatiale. Partis de la Terre à bord d'un vaisseau sophistiqué, ils atteignent le système planétaire de Bételgeuse et débarquent sur la deuxième planète qu'ils baptisent Soror. Rapidement ils découvrent que les hommes ne sont guère plus que des animaux intelligents et qu'au contraire, les espèces dominantes sur Soror sont les singes, et plus particulièrement les gorilles, les orang-outans et les chimpanzés. Soror est bel et bien La planète des singes. Nous ne vous ferons pas l'affront de dévoiler ici la fin du livre, d'autant plus que les films ont pris de grandes libertés avec celle-ci. Lisez donc plutôt le bouquin qui se dévore plus qu'il ne se lit.

Imaginez-vous arriver sur une planète inconnue et vous retrouver relégué au même niveau qu'un primate de notre bonne vieille Terre. C'est-à-dire d'une part vous rendre compte que les humains qui vous entourent ont autant d'intelligence qu'un singe. Pire, imaginez-vous être pris rapidement comme cible d'une chasse à l'homme (pour une fois, le terme est bien choisi) et réduit à l'état de cobaye pour le peuple des singes. Car, en inversant les rôles, le précurseur Pierre Boulle lance la réflexion sur l'expérimentation animale, même si ce n'est bien entendu pas le point le plus important du récit. En réalité, deux angles de lecture sont envisageables : La planète des singes est à la fois une critique sans fard de notre société et un plaidoyer évident sur l'entente entre les peuples.

Comment ne pas voir dans la société simienne de Soror un reflet de nos propres gouvernements ? Les trois espèces dominantes, les chimpanzés, les gorilles et les orang-outans, représentent en réalité trois types d'humains, à savoir respectivement les scientifiques aux mains liées, les rustres dynamiques qui prennent les décisions et les pontes à l'imagination limitée, véritables freins au développement et à l'innovation. C'est ainsi que l'évolution est bridée par le conservatisme de ceux qui détiennent les plus hauts postes et qui, en conséquence de leur manque de discernement, sclérosent la science. Dans cette société-là, les esprits, dans la droite ligne de ceux des orang-outans, sont loin d'être ouverts.

Mais arrêtons ici la description de La planète des singes. Il y aurait tant à dire sur l'entente entre les peuples/les espèces, sur les amours impossibles, sur la condition même d'homme, sur l'intelligence... Chaque lecteur se fera sans doute sa propre opinion, sa propre philosophie à partir de ce qui est, sans qu'il soit possible de le contester, l'un des plus grands livres de science-fiction français.

A découvrir
Neuromancien
Neuromancien
Jeu de la possession (Le)
Jeu de la possession (Le)
Laurent Kloetzer - Interview
Laurent Kloetzer - Interview