9/10Les petits pains au nuage

/ Critique - écrit par hiddenplace, le 03/01/2009
Notre verdict : 9/10 - Aérien (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 2 réactions

Cet album particulièrement adapté aux tout-petits par la légèreté de son histoire et de son univers, est également un bel objet de convoitise pour les amateurs plus âgés d’audaces et de recherches graphiques...

Il est des albums pour la jeunesse qui ont une saveur de coup de cœur délicat et sensible, de réussite quasi totale non seulement pour la cible à laquelle ils se destinent, mais aussi pour l’œil adulte qui tombera dessus d’une manière ou d’une autre. Les petits pains au nuage  de Baek Hee-Na fait partie de ceux-là, véritable joyau de poésie, d’une légèreté digne d’un cumulus doux et cotonneux, et bercé d’une histoire d’une tendre simplicité.

Par un matin gris et pluvieux qui ressemble à beaucoup d’autres, un petit chat tigré se réveille avant son petit frère, et en jetant un œil par la fenêtre constellée de gouttelettes, aperçoit un tout petit bout de nuage coincé dans les branches d’un arbre. Les deux chatons y voient un joli trésor fragile, et pour éviter qu’il ne s’échappe, ils demandent à leur Maman de l’utiliser comme ingrédient de base pour confectionner des petits pains. Ils sont alors loin d’imaginer les extraordinaires pouvoirs que pourront leur conférer, à eux et à leur famille, ces singuliers et si légers petits pains au nuage.

Se reposant sur une situation très banale, très quotidienne, la trame des Petits pains au nuage se transforme en une sorte de quête onirique, toujours simple et linéaire. Elle vise avec justesse les très jeunes lecteurs en leur proposant un univers qu’ils connaissent (une temporalité à l’échelle d’une journée, avec ses rituels : le réveil, le petit déjeuner, un Papa qui va travailler…), une situation familiale, rassurante et très identificatrice, et un évènement déclencheur qu’ils pourraient rencontrer presque un jour sur deux (un ciel gris, de la pluie, des nuages qui semblent s’accrocher aux arbres). Cette atmosphère de proximité est parfaitement traduite par la technique employée par Baek Hee-Na, consistant à mettre en scène des petites illustrations et des collages en trois dimensions, le tout photographié avec virtuosité par Kim Hyang-Soo.


En dehors de l’efficacité du propos, ce qui marque mémorablement l’esprit dans cet album, c’est cet univers à la fois illustratif et photographique si soigné, aux confins de plans et de mises en scènes cinématographiques. La  variété des prises de vue et les choix pertinents des profondeurs de champ, infusant plusieurs plans à chaque composition, permettent de souligner la finesse des décors, l’ingéniosité des petits montages-collages, souvent assemblés de bric et de broc, mais imitant à la perfection les intérieurs de maison et les paysages d’extérieur. On entre dans les images comme si l’on était invité chez cette famille de chats, par des mises en scène tantôt frontales, tantôt aériennes, tantôt en contre-plongée. Difficile de ne pas se sentir chez soi, d’autant plus qu’il se dégage de cette atmosphère chromatique, à dominante plutôt terne, un soupçon de mélancolie qui sent légèrement le vécu. Mais malgré cela, on ressent également un réel contraste entre l’austérité des tons bleu-gris de la météo maussade et du paysage urbain, et la chaleur qui émane de la maison, de la cuisine de Maman Chat, du moelleux des petits pains au nuage. Par ailleurs, le décalage est heureux et sensible entre les expressions de visage des petits chats, très graphiques et très craquantes, et les décors et costumes artisanaux confectionnés de chutes de tissus, de cartons ondulés, et de fil de fer…

La composition générale de l’album est ponctuée de judicieux choix graphiques et typographiques, à commencer donc par les prises de vues très variées de Kim Hyang-Soo, mais aussi grâce à une mise en page recherchée et diversifiée des illustrations et du texte, alternant doubles pages à fonds perdus, vignettes en gaufrier et images en médaillon. Le texte simple, accessible et poétique, se faufile sur les espaces blancs et s’invite parfois dans les illustrations, jouant sur des polices de caractère différentes, sur leur taille et leur couleur, et s’infiltrant par moment vers l’univers de la bande dessinée lorsqu’elle jouxte un personnage.

Vous l’aurez compris, cet album particulièrement adapté aux tout-petits par la légèreté de son histoire et de son univers, est également un bel objet de convoitise pour les amateurs plus âgés d’audaces et de recherches graphiques. Il inspirera certainement aussi les cuistots improbables, les bricoleurs du dimanche, les couturiers et les couturières, les photographes et les cinéphiles. Mais surtout, il vous fera peut-être rêver qu’il suffit de pas grand chose pour sublimer le quotidien, surtout quand le quotidien se résume à une météo tristounette et une journée en apparence tellement comme les autres.

________________________________

Les petits pains au nuage de Baek Hee-Na (textes et illustrations) et Kim Hyang-Soo (photographies) ©  2006, éditions Didier Jeunesse

 

A découvrir
Herbe bleue (L')
Herbe bleue (L')
Sa Majesté des Mouches
Sa Majesté des Mouches
Mathieu Gaborit - Interview
Mathieu Gaborit - Interview