8/10Le petit bonhomme de pain d'épice

/ Critique - écrit par hiddenplace, le 02/03/2012
Notre verdict : 8/10 - Tu ne me croqueras pas ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Le petit bonhomme de pain d’épice est un classique des contes traditionnels, très apprécié des enfants et d’autant plus des tout petits par la simplicité et la linéarité de sa trame. C’est ce point que Hatier Jeunesse met en avant ici, mis en scène par l’auteur Pascal Brissy et l’illustratrice Mélanie Combes. A l’image de sa collègue en frangipane dans Roule Galette ou des personnages de Pierre Delye, ce petit bonhomme de pain d’épice est constamment en train de courir tout en croisant ou échappant à divers individus. La perception de cette construction horizontale ponctuée par une « liste » de gens intéresse particulièrement les tout jeunes lecteurs qui commencent eux aussi à appréhender leur espace. Ainsi, le livre se découvre comme un réel itinéraire à suivre, et un dispositif ingénieux est mis en place pour les aider dans cette aventure : le petit bonhomme de pain d’épice se déplace pour de vrai !

Le petit bonhomme de pain d'épice
Illustration de Mélanie Combes, issue de Le petit
bonhomme de pain d'épice, texte de Pascal Brissy,
Hatier Jeunesse 2011
Mamido prépare un bon gâteau : un petit bonhomme de pain d’épice. Mais en sortant son dessert du fourneau, une surprise l’attend : son entremets prend vie… et s’échappe ! Pour ceux qui ont oublié l’histoire, ce petit héros facétieux est bien plus qu’un petit biscuit doté de bras et de jambes : il sait aussi narguer ses prédateurs. Un peu plus futé et moins vaniteux que la galette (quoique), il a pourtant comme elle une belle longueur d’avance sur les naïfs qui essaieront d’en faire leur goûter, à savoir Mamido pour commencer, mais aussi toute la population de la ferme voisine. Mais face à l’obstacle de la rivière à traverser, le petit bonhomme accepte l’aide proposée par le renard, qui lui semble bien gracieuse. La suite, vous la devinez. Une issue courante et sans surprise pour ceux qui ont le malheur de croiser cet animal rusé dans les contes de fée.

Le petit bonhomme de pain d'épice
Illustration de Mélanie Combes, issue de Le
Petit bonhomme de pain d'épice, texte de Pascal
Brissy, Hatier Jeunesse 2011
L’un des atouts de ce récit est de prime abord son aspect répétitif, facile à retenir : Pascal Brissy lui donne vie grâce à l’expression récurrente « Tu ne me croqueras pas ! » agrémentée de la musique émise par le pas du héros « Trotti Trotta ». Le lecteur se régalera à entonner le refrain comme il le fait souvent dans Roule Galette.  Mais l’autre intérêt de ce récit résidant dans le parcours du bonhomme et la mémorisation des personnages variés, l’album nous propose une alternative très intéressante puisque interactive : incarner, en quelque sorte, ce fameux petit bonhomme de pain d’épice et matérialiser sa course. Grâce à un petit jeton en plastique, à l’effigie du protagoniste, qui glisse en explorant les décors grâce à une « tranchée » découpée directement dans les planches, le lecteur peut concrètement suivre le cheminement du début à la fin. De pages en pages - cartonnées et solidifiées par une structure en mousse pour une meilleure prise en main, on ne retrouve ainsi qu’un seul bonhomme qui se déplace et croise tout ce petit monde affamé. Outre l’aspect ludique et vivant de la manipulation, ce procédé évite également la confusion fréquente chez les tout petits, qui consiste à croire à une multiplicité d’individus en observant la répétition du même personnage au fil du découpage séquentiel de l’histoire.

Tout en dessin numérique, l’illustration de Mélanie Combes rend le récit accessible et attachant. De son graphisme rondouillard aux accents géométriques et ses aplats vifs rehaussés de quelques textures ornementales, ressort un esprit un peu kawaii qui plaira autant aux enfants qu’aux amoureux du genre. Les couleurs franches et pétillantes, qui s’inscrivent parfaitement dans la gourmandise propre à l’histoire, impriment l’œil et permettent aux divers éléments de bien se détacher les uns des autres. Une clarté d'autant bienvenue que le point de vue quasi « aérien » rend le périple du bonhomme beaucoup plus facile à visualiser.  Les visages et expressions des personnages sont simples et malicieux, tandis que les décors sont enrichis de jolis détails de végétation et de dodus petits animaux.

Toujours ravis de redécouvrir ce personnage légendaire, les tout jeunes lecteurs devraient trouver de quoi combler leur faim dans ce Petit bonhomme en pain d’épice, version « interactive ». Le procédé ingénieux permettant de  faire glisser le jeton au fil des pages remportera vite tous les suffrages, et invitera certainement les plus hardis à renouveler plusieurs fois l’expérience. On gagera qu’ils seront peut-être tentés de se tourner vers un dispositif un brin similaire, le jeu de société ?

A découvrir
Petit Nicolas (Le)
Petit Nicolas (Le)
Mémoire vagabonde
Mémoire vagabonde
American tabloïd
American tabloïd