7/10En pension ? Pas question ! Une aventure chat-rmante

/ Critique - écrit par hiddenplace, le 16/01/2011
Notre verdict : 7/10 - Quand les humains ne sont pas là, les chats dansent (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

Dernière aventure en date de la petite Thérèse Miaou, En pension ? Pas question ! s’adapte avec succès et humour au public qu’elle cible : les apprentis lecteurs.

Après avoir vécu pendant plus de six ans sans pouvoir déchiffrer tout seul ces petits glyphes qui donnent accès directement à la musique des mots, mettre la main sur quelques ouvrages spécialement conçus pour les apprentissages est une sacrée gageure. La collection Première lectures de chez Hatier Jeunesse a pensé à tout, avec notamment une série précisément destinée aux jeunes lecteurs : Moi, Thérèse Miaou, dont la protagoniste n’est autre qu’une malicieuse chatte siamoise. Le dernier épisode en date de la série, En pension ? Pas question !, expose notre héroïne à moustaches à une terrible situation : elle se retrouve en pension (de chats) pendant tout le week end. Comment survivre à ça sans y laisser quelques poils ?

En pension ? Pas question ! Une aventure chat-rmante
Illustration de Frédéric Pillot, issue de En
pension ? Pas question ! Texte : Gérard
Moncomble, Hatier Jeunesse 2010

Septième opus de la série, celui-ci traite avec humour de l’attachement que la petite chatte éprouve à l’égard de sa famille malgré tous les « cadeaux » qu’elle leur laisse chaque jour, et nous fait part des différents subterfuges dont elle use pour venir à bout de ce séjour forcé chez une directrice de pension un peu trop mièvre à son goût. Sur une intrigue forcément très courte et parsemée d’actions, d’embûches et de bruitages en tout genre, En pension ? Pas question ! s’adresse à un lectorat qui recherche un dynamisme immédiat. Le texte coloré et fracassant de Gérard Moncomble sait sur ce point être efficace, et fait vivre les 400 coups à la petite minette à grand renfort de ruses et de bêtises inavouables. Les plus intrépides s’identifieront sans peine en adaptant les situations à celles de leur quotidien… humain. Phrases brèves permettant de comprendre leur sens rapidement, onomatopées et exclamations à foison, tout est mis en œuvre pour éviter le frustration et ne pas se retrouver sur le bord du chemin escarpé que représente une première lecture. Découpé en trois chapitres isolant une situation ou une péripétie bien précises, le livre se parcourt de manière fluide et se pare de quelques rimes et allitérations qui rendent la lecture à voix haute agréable et vivante. Certains mots un peu plus compliqués que d’autres permettront de manière intuitive d’étoffer son champ de vocabulaire, mais resteront sans doute un frein à la compréhension globale pour quelques lecteurs plus en difficultés, tout comme le second degré et les nombreux sens figurés qui pimentent certaines expressions du récit.

Face à la musicalité palpable de l’écriture de Gérard Moncomble, l’illustration toute en rondeur et en douceur de Frédéric Pillot donne elle aussi sa petite touche humoristique à l’univers de Thérèse Miaou. Mélange d’aquarelle et de plume, les différentes images sont chaque fois foisonnantes de vie, de détails et de petites anecdotes à déceler, en parallèle de l’histoire principale. Le portrait presque caricatural de Betsy, la directrice de la pension, la mine réjouie et coquine de tous les matous de la maisonnée, devraient remporter tous les suffrages auprès des plus jeunes. Les postures et les pirouettes félines sont toujours justes et répondent parfaitement au remue-ménage exaltant présent dans le récit.

Dernière aventure en date de la petite Thérèse Miaou, En pension ? Pas question ! s’adapte avec succès et humour au public qu’elle cible : les apprentis lecteurs. Une histoire simple, linéaire et pleine de vie, sur des illustrations à la fois douces et incisives. Comme dans tous les livres de la collection, l’enfant peut tester son attention et sa compréhension de l’histoire en s’attelant aux petits jeux en fin d’ouvrage. Un petit plus non négligeable qui le fera patienter jusqu’à la prochaine aventure de sa petite chatte préférée.

A découvrir
Mort est mon métier (La)
Mort est mon métier (La)
Herbe bleue (L')
Herbe bleue (L')
Fortune de France
Fortune de France