7/10Nix Olympica - Chronique

/ Critique - écrit par Hugo Ruher, le 28/08/2020
Notre verdict : 7/10 - Un livre sur Mars (et ça repart) (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Depuis des décennies, la littérature de science-fiction s'amuse à imaginer un voyage humain vers Mars. Mais alors que le monde réel semble vouloir rattraper le coche, les écrivains trouvent de nouveaux moyens de nous faire rêver avec la planète rouge. C'est le cas de Nicolas Beck qui nous livre son premier roman Nix Olympica.

Notre histoire débute dans un futur proche. En 2037, un vaisseau, le Nix Olympica décolle de la Terre direction Mars avec à son bord le premier équipage humain censé fouler du pied la Planète rouge. Parmi ses pionniers, une astronaute française dont le nom ne nous sera jamais révélé et qui raconte ses aventures dans un journal de bord qu'elle tient assidûment.

La première chose qui frappe quand on entame le roman, c'est sa forme. Tout commence avec un message expliquant que les éléments qui vont suivre ont été découverts et publiés ici. Ces documents, ce sont en premier lieu le journal de bord de l'héroïne, mais aussi des enregistrements de caméras de surveillance, des archives d'émissions de radios, des dessins, des schémas, et même des retranscriptions de rêves. Chaque type de contenu ayant sa propre mise en page, ça donne un livre très intéressant à parcourir et extrêmement esthétique. En plus, les différents éléments s'alternent et ne font pas plus de quelques pages, ce qui pousse à dévorer tout le roman au plus vite.

Nix Olympica - Chronique
DR.

Mais cela ne serait rien sans le récit lui-même extrêmement prenant. Rapidement, l'héroïne se rend compte que quelque chose cloche dans sa mission. Le comportement de certains de ses collègues est anormal, les péripéties autour de la mission semblent cacher quelque chose. On se met en tant que lecteur à élaborer des théories du complot autour de la Nasa etc.

Il faut dire que l'environnement décrit est très crédible. Nicolas Beck, avant d'être un romancier, évolue dans le monde de la recherche puisqu'il est directeur de la vie universitaire à l'université de Lorraine. Et on sent entre les lignes sa passion pour la recherche scientifique. De nombreux détails techniques sont décrits, mais sans jamais perdre le lecteur.

Car face à un tel postulat, il était légitime d'attendre un récit de "hard-science-fiction" un peu dans le genre de "Seul sur Mars" pour ne citer que le plus connu des exemples. C'est à dire un roman très vraisemblable scientifiquement et très détaillé. Ce qui se justifierait pour Nix Olympica au vu du pedigree de l'auteur et de la proximité du futur qui nous est dépeint sachant qu'une mission habitée sur Mars et bel et bien un projet des agences spatiales pour les décennies qui viennent.

Ici, rien de tout ça. Non pas que le contenu scientifique soit faux ou fantaisiste, mais il n'est pas extrêmement détaillé, et surtout il n'est pas au coeur du récit. Ce qui importe c'est avant tout les doutes et les pensées de l'héroïne qui se retrouve au coeur de quelque chose qui la dépasse. Le mode "journal de bord", aide également pour s'identifier à elle puisqu'on en sait autant qu'elle (la plupart du temps) et on sent une vraie proximité.

Il y a également la présence de quelques technologies un peu moins réalistes comme cet appareil qui décrit les rêves des personnages qui, en plus de ne pas apporter énormément de choses au récit, semble un peu hors de propos, mais sans que ça devienne trop gênant.

Malheureusement, il faut déplorer quelques défauts sur la fin du livre qui tombe un peu à plat. Sans en révéler trop, disons que certaines révélations n'en sont pas vraiment pour le lecteur, d'autres semblent tomber de nulle part et la fin est quelque peu expédiée. Il y a même un twist qui repose sur une rupture du lien entre le lecteur et l'héroïne, ce qui est un peu dommage et qui casse un peu les dernières pages.

Dommage car tout le reste est prenant et vraiment original dans la forme, ce qui est toujours agréable. Le livre ose aller davantage sur le terrain de l'émotion, quitte à surprendre l'amateur de spatial venu assister à une épopée martienne et ça fait du bien ! Au final, malgré cette fin en queue de poisson, Nix Olympica est un voyage à vivre pour tout lecteur amoureux de la planète rouge ou pas. En attendant un futur voyage dans le monde réel.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Blue Öyster Cult, La carrière du mal - Interview de Matthieu Bollon et Aurélien Lemant