8/10Nina Simone, une vie

/ Critique - écrit par juro, le 15/10/2005
Notre verdict : 8/10 - See-line woman (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deux ans qu'elle nous a quitté déjà dans le plus grand anonymat alors qu'elle résidait dans une villa du sud de la France. Deux ans et aucun témoignage réel sur son existence que seuls les amateurs de jazz connaissaient. Nina Simone était une femme, une artiste, une mère, un symbole. A l'heure où les biographies et autres témoignages de célébrités se battent pour sortir le plus rapidement possible dans les librairies, David Brun-Lambert a mené un véritable travail d'enquête pour retracer l'intégralité du parcours d'une diva de ses débuts perdus dans une petite ville à sa fin après plusieurs années de succès dans Nina Simone, une vie. La découverte de la vie (bien remplie) d'une des plus grandes dames de la scène jazz nous emmène bien sûr sur celle de la scène, de ses proches mais aussi de ses prises de positions pour la cause des noirs américains et d'anecdotes de sa personnalité laissant parfois bouche bée.

Si le sujet d'une biographie sur Nina Simone n'est pas une première, David Brun-Lambert présente subtilement les différentes facettes d'une personnalité complexe. Timide et effacée durant une enfance passée dans le Midwest américain, la jeune Eunice Waymon révèle un don inné pour la musique et en particulier pour le chant et le piano. Encouragée par sa famille à développer son don lors des messes dominicales, son talent ne va pas rester longtemps inaperçu pour la communauté blanche. A star is born... enfin presque, car le destin de celle qui allait devenir Nina Simone a connu les petits et les gros tracas de la vie d'où un titre collant parfaitement à la biographie. L'auteur s'attache à nous décrire plusieurs thèmes récurrents à la vie de l'artiste : sa relation froide avec sa mère, son combat pour la liberté, ses coups de coeur musicaux, ses rencontres avec les artistes (au sommet ou non) de cette époque, son attachement aux siens et à cette scène. Cette scène qu'elle ne quittera qu'à la toute fin de son existence. La face sombre de Nina Simone est largement développée avec ses excès d'humeur de diva capricieuse qui pouvait être une horrible mégère ou d'une froideur sans égale, etc...

Avec grande justesse, l'auteur ponctue de nombreuses citations ses développements : celles-ci sont de l'artiste ou non et s'intègrent efficacement aux parallèles voulus, donnant une dimension intéressante à l'argumentation. Les entretiens décrits « en live » par David Brun-Lambert possèdent une touche particulière savoureuse comme lorsqu'il règle ses comptes avec un interlocuteur proche de Nina Simone lui extorquant une somme rondelette pour avoir ses confidences ou avec un Charles Aznavour « pressé ». L'écriture ne perd pas en qualité et les quelques 370 pages se dévorent à toute vitesse si tant est que l'intérêt pour une des plus grandes figures musicales du XXe siècle y soit. Très bien documenté, l'ouvrage apprend beaucoup sans aucun voyeurisme, ni admiration sans bornes, ni jugement à l'emporte pièce sur une artiste dont la carrière fut brisée avant d'avoir commencer par un refus à l'entrée au conservatoire. Entre moments de joie et de tristesse, c'est l'ensemble d'une vie riche en rebondissements.

L'intérêt pour le paysage musical de cette époque de l'auteur va grandissant, les références se multiplient : on y croise épisodiquement Ray Charles, Jacques Brel, Charles Aznavour, la mort de Billie Holiday mais avant et toujours encore Nina Simone dans un pays qui ne cesse de connaître des changements. L'Histoire joue un rôle essentiel et constitue un autre parallèle d'importance dans la carrière de l'artiste, notamment sa découverte de l'histoire de l'esclavagisme en Afrique, sa rencontre avec Stokely Carmichael... Mais la découverte du monde par l'artiste et ses passages en Europe montrent d'autres facettes d'une personnalité complexe et fascinante, au charme inhabituelle et prenant. L'un des passages les plus forts reste le passage de Nina Simone au Libéria, totalement incroyable.

David Brun-Lambert délivre un ouvrage très complet, surprenant et qui met en lumière une des artistes trop vite oubliée du paysage musical américain sur plus d'une cinquantaine d'années. Des standards repris aux artistes en vogue à ses propres créations, c'est l'affirmation d'une femme effaçant ses peurs enfantines les plus profondes qui s'inscrit page après page. Essentiel à n'importe quel amateur de jazz.

A découvrir
Herbe bleue (L')
Herbe bleue (L')
Parfum (Le)
Parfum (Le)
Lune seule le sait (La)
Lune seule le sait (La)