7.5/10Légendes

/ Critique - écrit par Lestat, le 19/11/2005
Notre verdict : 7.5/10 - Bordel organisé (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Martin Odum est un détective privé miteux, officiant dans le quartier juif de Brooklyn. Dante Pippen, Irlandais, est un ancien artificier de l'IRA. Lincoln Dittman, un spécialiste de la guerre de Sécession et particulièrement de la bataille de Fredericksburg. Odum, Pippen et Dittman sont avant tout une seule et même personne, autant de "légendes" forgées par la CIA, endossées par un agent qui à force ne sait plus qui il est vraiment. Quand Stella Kastner vient s'eaquérir des services de Martin Odum pour le compte d'une soeur basée en Israël, banale affaire de mari disparu, celui-ci plongera peu à peu dans une affaire plus grosse que prévue...

Un ex-agent de la CIA ne s'y retrouvant plus entre ses triples identités. Une enquête moins routinière qu'il n'y parait. La Russie, Israël, Londres. La chute de l'URSS. La Mafia russe. Des tueurs Tchétchènes. La liste est longue et touffue est l'intrigue de Légendes, qu'on aurait bien du mal à résumer parfaitement sans en dévoiler la moitié. Légendes est un puzzle, où les énigmes ne font qu'en entraîner d'autres, naviguant en chronologie éclatée entre 1992 et 1997. D'interrogations en interrogatoires, de pistes fraîches en patelins paumés, les masques tombent pour en dévoiler de nouveaux. Les rouages des hautes sphères grincent, les noeuds et les langues se délient et les alliés passent puis mordent la poussière. Les pays défilent en même temps que les complots, au fil des pages apparaissent le fantôme du 11 septembre, la Guerre Froide, Oussama Ben Laden, tout un tas de services secrets...et c'est trop. Robert Littell, solide nom du roman d'espionnage, est un homme généreux, très généreux. Trop généreux. On se noie entre les explications fumeuses, les allées et venues perpétuelles entre passé et présent, l'amourette naissante entre Martin et Stella ou l'apparition de personnages pittoresques ayant eux aussi une histoire propre à raconter. Roman très foisonnant, Légendes n'est pas très facile d'accès, et mieux vaut avoir l'habitude de ce genre de littérature pour l'apprécier. Néanmoins maîtrisé, le roman n'a rien d'indigeste et si il a contre lui de délivrer un trop plein d'informations pour sa taille somme toute dans les normes -moins de 500 pages-, Légendes se lit sans aucun déplaisir, pour quiconque faisant l'effort de le finir. Pas toujours passionnant mais jamais ennuyeux, Légendes ne dévoile son pot aux roses que dans ses dernières pages, où l'intrigue prend soudain une direction surprenante. Légendes est finalement comme son héros, un roman à personnalités multiples et difficile à cerner, tout à la fois improbable et plausible, partant dans tout les sens pour ne jamais vraiment aboutir quelque part, avant de donner ses solutions par à coup.

Gros mic-mac loin d'être désagréable, Légendes ballade son lecteur, et le fera d'autant plus facilement si celui-ci est un boulimique de lecture. Le roman aurai sans doute gagné à être plus épais, plus sombre, plus ceci, moins cela...qu'importe. En plus d'une trame qui se défend, bien que pétrie de théories x-filesiennes, Robert Littell a l'immense mérite d'en donner pour son argent avec une certaine efficacité. La relecture sera sans doute ardue, mais en attendant, Légendes fait tout simplement plaisir.

A découvrir
American tabloïd
American tabloïd
1984
1984
Jeu de la possession (Le)
Jeu de la possession (Le)