9/10L.A. confidential

/ Critique - écrit par Val Lazare, le 30/12/2002
Notre verdict : 9/10 - Columbo petit joueur! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

1950. Los Angeles, la Cité des Anges. Buzz Meeks, flic ripoux jusqu'à la moelle, se tire pour le Mexique. Normal, tout un tas de mecs du pays de l'Oncle Sam veulent lui faire la peau. Pourquoi ? Vous allez rire ! Le gars Meeks a fauché Mickey Cohen, ze parrain de L.A, ze mec à pas faucher. Bref, le flouze de Cohen, la vertu de sa gonzesse attitrée et quelques 18 livres d'héroïne plus tard, Buzz Meeks peut se considérer comme un homme mort. Justement, il se fait un sang d'encre en extrapolant sur ses chances de survie à l'année.

Quelques années plus tard, trois flics de L.A alias Ed Exley, Bud White et Jack Vincennes se retrouvent confrontés à l'affaire du Hibou de Nuit : sombre histoire de braquage de snack avec six maccabs à la clef : plutôt bizarre.

L.A confidential est une pointure dans le monde du policier. Ce roman, paru en 1990, est signé James Ellroy. Le mec est en passe de devenir le champion toute catégorie du polar, égalant le grand maître d'hier à savoir Raymond Chandler et effaçant ses concurrents d'aujourd'hui comme Michael Connelly, efficace mais lassant. Exemples pour vous donnez une idée : L.A confidential a été adapté au grand écran (superbe film d'ailleurs) et James Ellroy a fait quelques passages à Nulle part ailleurs, ce qui n'est pas vraiment fréquent pour un écrivain de polars.

Mais revenons à nos moutons. Ellroy revoit les clichés du roman policier et nous sort un bouquin au style agressif, mordant, halluciné. Ici, les flics ne sont pas des enfants de choeur, c'est sûr. Exley, terriblement intelligent (presque trop), plus ambitieux qu'un politicien ; Jack Vincennes, le mec des Stups, tout dans le style, flic télégénique avec les relations là où y faut ; Bud White, la furia facile, pas super malin mais tellement brute que ça compense.

Ces trois poulets sont comme leurs collègues : un paquet de défauts au service de quelques qualités. Du coup, y a édentage de crapules à tire-larigot.

Dans une ambiance tellement sombre que ça en devient marrant, ces trois flics planchent sur l'affaire de leur vie, moitié pour le service, moitié pour leur pomme. Faisant tellement de sacrifices pour résoudre leur enquête qu'on se demande s'ils ne vont pas se brûler définitivement à la flamme du vice. Quel plaisir de voir défiler les pages en se demandant qui va être le premier à y laisser sa peau !

Pour ceux qui auraient vu le film (je me répète mais celui-ci est vraiment génial, je m'hasarderais même à dire que c'est le meilleur policier qu'il m'ait été donné de voir, loin devant des légendes comme le Faucon Maltais), sachez que tout en en reprenant la trame générale, L.A confidential version ciné est somme toute différent du bouquin voire même complémentaire, tant mieux.

Si vous avez encore un doute... et ben mince ! Faites-moi confiance, lisez ce bouquin.

A découvrir
Grand nulle part (Le)
Grand nulle part (Le)
Dahlia noir (Le)
Dahlia noir (Le)
White jazz
White jazz