7.5/10Jhereg

/ Critique - écrit par Djak, le 17/04/2005
Notre verdict : 7.5/10 - L'Assassin Royal (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Vlad Taltos est un assassin réputé de la gigantesque cité d'Adrilankha. Bien qu'étant oriental, Vlad Taltos a en effet réussit à se faire un nom dans la cité et même à intégrer une des 17 Maisons qui dirigent le monde. Une exception pour un oriental même si pour rentrer dans la Maison de Jhereg il suffise d'acheter un titre. Dans tous les cas les Jhereg sont en cette ère presque tout en bas de l'échelle.
Un jour, un grand conseiller de la Maison de Jhereg demande à Vlad de tuer Lord Mellar, lui-même grand conseiller de Jhereg. Le travail est donc difficile d'autant plus que ce dernier bénéficie de la protection de la Maison du Dragon. Hors les Maisons du Jhereg et du Dragon sont des adversaires de toujours. Le moindre incident entre les deux maisons pourrait bien mettre le feu aux poudres et entraîner la cité d'Adrilankha dans une nouvelle guerre.
Vlad se retrouve alors devant un cruel dilemme : déclencher une guerre ou échouer dans sa mission. Choix cornélien et difficile, d'autant plus Lord Mellar se révèle être une personne pleine de mystères.

Brust tout puissant ?

Les éditions Mnémos nous proposent en ce début d'année 2005 le premier volume de la saga de Vlad Taltos : Jhereg. L'auteur, Steven Brust est quasi inconnu en France. Seul un autre roman : Agyar est sortie en nos contrées chez un autre éditeur. Pourtant, l'auteur n'en est pas à son coup d'essai et a déjà inscrit plusieurs best-sellers Outre-Atlantique à son palmarès, dont notamment ceux de la série Vlad Taltos. La série est très populaire aux Etats-Unis et compte à l'heure actuelle huit volumes.
Ainsi, il était temps qu'un éditeur français se décide à publier cet auteur populaire et à le faire découvrir au lecteur.

Jhereg est donc le premier volume de la série de Vlad Taltos. L'auteur, Steven Brust n'y va pas par quatre chemins et à contrario de nombreuses productions de science fantasy et en particulier d'heroic fantasy, il rentre de suite dans l'histoire. Ainsi, dès le premier chapitre le lecteur sait quelle va être l'intrigue centrale du roman. Déroutant pour qui est habitué à lire des sagas de sf interminables dont les auteurs aiment à tout décrire. En conséquence, on est légèrement dérouté dans les premiers moments de lecture. L'auteur nous plonge littéralement dans un nouveau monde complexe où 17 maisons se disputent le pouvoir, chaque maison correspondant à une race. En outre, les Orientaux, des humains pratiquant la sorcellerie habiteraient à l'est du continent. Cette façon de l'auteur de traiter son histoire et tout le monde qu'il a créé est vraiment originale. L'histoire tout au long des 300 pages se concentre sur la mission de Vlad, au lecteur de découvrir pas à pas le monde de Jhereg.
Ces quelques informations en mains, sans plus de détails, le romancier se lance alors dans un récit palpitant. Jhereg est un roman à la croisée de la fantasy et du roman policier. La profession du héros donnerait à penser que Vlad est un homme d'action, un aventurier. Pourtant, il n'en est rien. La majeure partie du roman s'attache à montrer l'enquête menée par Vlad Taltos. Seules quelques passages donnent en fait lieu à des scènes d'action. Steven Brust accorde ainsi plus d'intérêts à l'intrigue qu'aux combats.

De plus, Steven Brust possède un style d'écriture bien particulier. L'auteur manie la plume avec aisance. Le récit est fluide, sans temps mort ni trop précipité. On constate que le romancier contrôle parfaitement son livre et ne tâtonne pas. En revanche, le manque de description rend parfois la lecture difficile. Le lecteur peut se retrouver un peu perdu dans ce monde nouveau sans de réels repères. En particulier dans ce premier volume de la série, l'auteur aurait gagné en clarté à tout de même décrire succinctement les Maisons et races principales. Car même en ayant fini le livre on ne pourrait décrire physiquement un dragon ou un Dzurn.

L'édition de Mnémos est comme d'habitude de qualité. Le papier est épais et souple, la couverture solide et magnifiquement illustrée par Guillaume Sorel. Toutefois le prix est peut-être un peu excessif car le livre se lit vraiment très rapidement.

Au final, Mnémos a eu une bonne idée de faire découvrir au public français l'écrivain Steven Brust et sa série Vlad Taltos. L'histoire comme le monde de Jhereg est original et mérite que l'on s'attarde dessus. Le rendez-vous est pris en janvier 2006 pour la suite des aventures de cet assassin avec le deuxième tome Yendi.

A découvrir
Mathieu Gaborit - Interview
Mathieu Gaborit - Interview
Roue du temps (La)
Roue du temps (La)
Neuromancien
Neuromancien