5/10Le Jeu de la possession

/ Critique - écrit par Val Lazare, le 26/02/2003
Notre verdict : 5/10 - Mephisto m'appelle dit l'homme libre (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Godwin Harpinshield est un jeune officier de la RAF. Blessé lors d'une sortie, Godwin est de retour à Londres, capitale libre bombardée par les forces de l'Axe.
A la suite d'un de ces bombardements quotidiens, Harpinshield se voit remettre la George Medal des mains du roi lui-même pour son comportement héroïque et notamment pour avoir sauvé une petite enfant blonde des entrailles d'un bâtiment croulant...
...un autre lieu, une autre époque. Godwin Harpinshield est un jeune dilettante vivant dans un appartement qu'il peut arranger à sa guise. La déco obéit à sa volonté. La fenêtre qui devrait s'ouvrir sur une banlieue anglaise, pauvre et en somme quelconque, donne en "réalité" sur une plage ensoleillée de Bali. Car Godwin Harpinshield n'est pas comme les autres. Il a été "appelé". Chaque mission, qu'Ils lui donnent à accomplir, est suivie d'une "récompense". En quelque sorte, Godwin peut réaliser ses voeux les plus chers. Comme de recevoir la George Medal des mains du roi pour comportement héroïque durant la seconde guerre mondiale.

Du coup, Godwin est blasé : il a tout vu, tout vécu. Les gens "normaux" lui paraissent sinistrement ennuyeux, cernés par des problèmes insignifiants, traînant derrière eux leurs vies de misère. Donc, Godwin est blasé. Cependant, une chose encore l'obsède. La petite fille blonde qui lui a valu la George Medal l'avait, ou plutôt l'a (cette récompense ne remonte qu'à quelques jours après tout) remercié en l'embrassant sur la bouche. Depuis, Godwin ne cesse d'y penser. Or, il apprend un jour que la George Medal n'a été consacrée comme distinction que bien des mois après ses exploits. Il n'aurait donc pu, dans la réalité recevoir cette distinction. On l'aurait trompé ? Aurait-il vendu son âme au diable ? Ou pire ?

John Brunner est mort en 1995 à 61 ans lors de la conférence mondiale de science-fiction à Glasgow. Sans être au premier rang du panthéon des écrivains de SF, John Brunner est néanmoins très connu. Auteur de près de 90 romans, John Brunner a bien usé sa plume. Il a fréquenté et sympathisé avec les plus grands : Dick, Silverberg, Leiber...
Quatre de ses romans d'anticipation lui ont valu un franc-succès ainsi que la reconnaissance de ses pairs : Tous à Zanzibar, L'Orbite Déchiquetée, Le Troupeau Aveugle et L'Onde De Choc.
Le Jeu De La Possession n'est pas un de ses quatre romans. Et en effet, Le Jeu De La Possession laisse une impression d'inachevé... on sent les prémisses d'un bon roman, mais finalement on passe à côté. Ainsi, la morgue et le cynisme de notre héros est délectable mais John Brunner s'enlise dans un scénario d'un linéaire assez affligeant. Godwin va chercher telle personne puis il va voir un ami, et un autre et ainsi de suite. Le récit est donc peu rythmé et l'intrigue, en elle-même, est banale, exception faite du dénouement surprenant qui aura malheureusement pour principal effet de vous laisser sur votre faim.
Les quatre romans cités ci-dessus vous donnerons une image plus flatteuse de John Brunner. A chaque auteur, ses ratés, même aux meilleurs.

A découvrir
Légendes de la fantasy - Tome 1
Légendes de la fantasy - Tome 1
Laurent Kloetzer - Interview
Laurent Kloetzer - Interview
John Le Carré est de retour
John Le Carré est de retour