9/10Hector, l'homme extraordinairement fort

/ Critique - écrit par Luz, le 11/12/2008
Notre verdict : 9/10 - Hector tord le tort, mais pas la tortue. (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 3 réactions

"Un petit cirque a installé sa toile au cœur de la cité, le magicien comme un maître de bal commence à répéter, lance la Terre au milieu des étoiles, dresse le chapiteau, trouve un soleil en fouillant dans ses malles, ajuste son chapeau..."
Yves Duteil

A peine la couverture fait-elle son apparition devant nos petits yeux que ces derniers y plongent, sans prendre garde aux méchants loups. Le rideau tombe sur un monde fabuleux : une danseuse étoile, un mini-homme, des trapézistes, des siamoises, des dompteurs et au milieuGloups
Gloups
Illustration de Magali Le Huche
de tout ça : un homme fort, Hector. Un homme qui peut tout porter, éléphants, frigos, vélos, camions, tout en supportant le lourd poids d'un coeur gros comme quatre fois le poids des éléments listés précédemment.

Quand il ne se sert pas de ses biceps, Hector joue avec les poils de sa moustache en admirant le numéro de la petite Léopoldine en tutu, depuis les coulisses. Ce qu'il ne sait pas, c'est que la jeune fille aussi se cache derrière ses petites joues rougissantes pour l'aimer secrètement.

Mais le véritable et terrible secret qui habite ce grand corps musclé, est celui qui se réveille une fois la nuit tombée, quand les oreilles n'écoutent plus aux portes, quand les yeux se ferment, et que les ombres des arbres se mêlent au noir de la nuit. A ce moment là, Hector court se réfugier sous sa caravane, en passant par une petite trappe le menant sous terre. Là dans son petit cocon, il ne fait pas de trafic de serpes d'or, mais se transforme en un affreux, terrifiant, et obsessionnel... tricoteur.

Et oui, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Hector est passionné de tricot, oreillers, couettes, pulls, slips, tutus... tout est Made in Hector dans son chez-lui. Un cœur d'or sous un homme fort... Mais ce secret, il en a honte, et le cache du mieux qu'il peut, jusqu'au jour où deux Loup y es-tu?
Loup y es-tu ?
Illustration de Magali Le Huche
collègues jaloux décident de tout faire pour le rendre peu appréciable aux yeux des autres, et se frottent les mains en découvrant cette partie cachée.

Une petite histoire à la fois drôle, triste, mélancolique et amusante, qui plaira aux jeunes enfants tout comme aux grands. Les illustrations se bousculent, très agréables, mélangeant à merveille les couleurs pastels et les acrobaties viriles, elles mènent le récit par le bout du pinceau. De très belles images, douces et précieuses qui nous plongent dans l'univers du cirque, regardant ce monde plein de magie et de perles de perlimpinpin, non pas comme de simples spectateurs collés sur de minuscules strapontins mais comme de petits êtres cachés dans les coulisses, les yeux coincés par la curiosité entre deux plis du rideau.

Une entrée dans un monde qu'on ne veut ni quitter, ni salir en y glissant nos grosses pattes maladroites, mais duquel ressort une morale universelle :

A se moquer de celui qui tricote, on se retrouve à poil, et tant qu'à être à poils mieux vaut se moquer de sa moustache que de ses aiguilles.

A découvrir
Laurent Kloetzer - Interview
Laurent Kloetzer - Interview
Sa Majesté des Mouches
Sa Majesté des Mouches
Mathieu Gaborit - Interview
Mathieu Gaborit - Interview