8.5/10Le Guide galactique

/ Critique - écrit par weirdkorn, le 16/08/2005
Notre verdict : 8.5/10 - La bible des gagalactiques (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 12 réactions

Comment peut-on avoir un cerveau à ce point imaginatif, voire totalement détraqué ? Telle est la question que l'on est obligé de se poser après avoir lu Le Guide galactique, premier des cinq tomes de la saga H2G2 (Hitch Hiker's Guide to the Galaxy) écrit par Douglas Adams. Ce roman de science-fiction aujourd'hui culte atteint les sommets de l'absurde et du "nonsense". Dans la lignée directe des Monty Pythons ou de Terry Pratchett, voilà de quoi vous éclater la mâchoire à grand coups de dialogues désopilants et de situations burlesques.

Arthur Dent (Accroc dans la version française), un Anglais tout ce qu'il y a de plus normal, vit un bien mauvais jeudi lorsque des bulldozers s'apprêtent à raser sa maison, située sur un tracé de déviation. Toutefois, il oubliera bien vite cet événement puisqu'il se fera embarqué à bord d'un vaisseau spatial par Ford Prefect (Escort dans la VF) son voisin extraterrestre adepte de l'auto-stop et rédacteur du Guide du voyageur galactique, qui le sauvera par la même occasion de la destruction de la Terre. Leurs aventures ne font que commencer et ils se retrouveront rapidement avec la charmante Trillian, unique être sensé de l'histoire, et Zaphod Beeblerox (Zappy Bibicy) président de la Galaxie dont seul l'égo surdimensionné surpasse sa légendaire incompétence.

Du premier au dernier mot, tout n'est que délire galactique où s'enchaînent à cent à l'heure des extravagances que seul l'auteur aurait pu penser. Tout y passe, de l'utilité d'une serviette à la réponse à la grande question de l'univers en passant par les conditions de vie d'un garde vogon, cela sans compter sur le haut degré d'improbabilité d'un vaisseau très spécial. Le style est excellent, à la fois familial et ultra compliqué lors de la description de certaines élucubrations techniques ou visuelles. On regrettera juste que la version française n'ait pas gardé les noms des personnages principaux, tous attachants et réussis. Il faut d'ailleurs noter de ne jamais doter un robot de profil de personnalité authentique. On peut décerner une mention spéciale aux articles du guide galactique, exceptionnels de drôlerie et d'absurdité. Si jamais une encyclopédie de ce genre sort un jour, il faut absolument s'en procurer un exemplaire.

Le livre se lit d'une traite, un grand sourire aux lèvres et le seul reproche qu'on pourrait lui faire est de n'être hilarant que lors de certains passages ou bon mots, le reste étant globalement amusant comme pourrait l'indiquer le livre du voyageur galactique. Un bon nombre de répliques ou de situation loufoques seront tout de même dures à être oubliées.

Amateurs d'humour british et de situations totalement délirantes, Le Guide galactique a été écrit pour vous. Culte chez les anglo-saxons, il pourrait atteindre le même statut chez nous au vue de ses qualités narratives et humoristiques. Et ce n'est que le premier tome, il y a encore de quoi vous décoincer les zygomatiques dans les quatre ouvrages suivants.

A découvrir
Cerveau solitaire (Le)
Cerveau solitaire (Le)
Herbe bleue (L')
Herbe bleue (L')
Mathieu Gaborit - Interview
Mathieu Gaborit - Interview