8.5/10Graphisme typographie histoire

/ Critique - écrit par Guillaume (), le 20/04/2006
Notre verdict : 8.5/10 - Une référence (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Graphisme typographie histoire est un beau livre. Avec plus de 400 pages, un format excédant le A4 et des pages en papier glacé (satimat 150g pour être précis), il impose le respect.

Originellement présenté comme mémoire, puis comme thèse, le manuscrit de Roxane Jubert (professeur à l'école Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, historienne de l'art, et maître de conférence à Rennes II) a pris du galon pour être finalement publié sous une forme livresque chez Flammarion.

Graphisme typographie histoire présente l'histoire du graphisme occidental à travers les âges.
Tout commence avec la typographie, principal sujet du livre, dans l'antiquité, pour finir avec le graphisme, à notre ère, celle de la modernité informatique.
Cela est un raccourci bien rapide car il ne faut pas oublier que graphisme et typographie sont si étroitement liés qu'on ne parvient que difficilement à les séparer. Ainsi, quand on parle de graphisme, la typographie n'est jamais très loin.

Commençons par le plus désagréable. A savoir, la maquette du livre. Mettre du beau papier, des beaux atours, des photographies partout est une chose. Réussir à tout harmoniser de façon agréable en est une autre.
Malgré des efforts de clarté, on ne peut jamais oublier que le contenu est universitaire : les photographies ne sont présentes que si elles sont nécessaires (jamais pour égayer), et l'ensemble reste avant tout très textuel, peu engageant. Certaines pages, heureusement rares, présentent essentiellement du texte, faisant pousser un soupir : du papier de cette qualité au service d'un noir et blanc total !
Le résultat graphique qui ressort du parcours du livre est relativement négatif : c'est clair, lisible (ce qui est tout de même un défi étant donné la masse de contenu), mais pas follement attirant. On est en présence d'une thèse illustrée, pas d'un texte médiatisé par le graphisme.

A ce défaut, s'en ajoute un autre, qui est à la fois mesquin, et à mon sens un véritable obstacle à la lecture : les notes, habituellement en bas de pages, ont été reléguées à la fin des chapitres. On se retrouve bien vite à jongler entre les pages pour pouvoir tout intégrer, tout comprendre.

Hormis ces quelques points négatifs, on ne peut que rester très admiratif devant le travail fourni sur le contenu. Graphisme typographie histoire délivre un travail à la fois accessible à tous et très pointu. Il ne s'agit pas d'un aperçu à la va-vite ; on est bien en présence d'un livre de référence qui permettra d'une part au grand public de s'immerger dans un monde inconnu et passionnant, et d'autre part aux universitaires de disposer d'un ouvrage pointant vers des pistes sérieuses de recherche.

Une lecture attentive permettra de prendre conscience des enjeux de la communication visuelles et des profondes mutations que le contexte joue sur la discipline. On s'aperçoit bien vite que l'évolution du graphisme est parfois consécutive à l'éclair de génie d'un artiste, mais la plupart du temps, c'est l'état politique, économique et social de la société qui dirige les manoeuvres.

Au final, Graphisme typographie histoire est porteur d'un tel contenu qu'il devient une référence dans le domaine de la typographie et du graphisme, tant et si bien que les quelques défauts qui le parsèment sont pardonnés.

A découvrir
Herbe bleue (L')
Herbe bleue (L')
Dahlia noir (Le)
Dahlia noir (Le)
Parfum (Le)
Parfum (Le)