6.5/10Franchepluy

/ Critique - écrit par Lestat, le 06/11/2004
Notre verdict : 6.5/10 - Remue-méninges (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Il y a deux Arthur Bouline. Il y a ce fringant Savoyard né en 1973, formé aux maths, à la philo et aux sciences humaines, féru de psychologie et de neurologie, et le héros de son premier roman, Franchepluy : un détective amoureux du beau sexe et du sexe tout court, manipulateur, coureur de jupons, chevalier sans peur ni morale. Voici son aventure, qui comme vous le verrez, est aussi la votre.

Menacé de mort par le duc de Ruffieux pour la surveillance trop rapprochée de sa femme, Arthur Bouline fait halte à Franchepluy, ville imaginaire d'un Moyen Âge de cocagne. Responsable involontaire d'un meurtre accidentel, Bouline se trouvera à enquêter pour le compte de la famille Dafot et du débonnaire Maître Frant qui aime s'interroger sur quelques notions essentielles de la vie...

Le moins que l'on puisse dire de Franchepluy est qu'il est étrange. Le roman commence comme un polar historique complètement loufoque qui soudain sert de prétexte à tout un travail philosophique sur la vie, l'âme, l'ennui ou l'humain. La démarche peut rappeler les écrits de Voltaire qui aimait inclure ses pensées dans des récits légers et parfois absurdes. L'auteur préférant indiquer ses sources cite Freud, Kant, Platon, Hegel ou encore Schopenhauer. Ayant un bagage à ce niveau plutôt limité, je préfère le croire sur parole. Du reste, on trouve réellement de tout, dans Franchepluy : intrigue policière et philo donc, mais aussi aventure, érotisme, quelques combats, pas mal d'humour plus ou moins léger, sans oublier la structure même de l'ouvrage, construit tel un "Livre donc vous êtes le héros". Tout le long de Franchepluy, le lecteur est donc amené à incarner le héros qu'est Arthur Bouline et à faire des choix amenant à des conséquences directes. Conséquences tellement directes d'ailleurs que le libre-arbitre en devient relatif : chaque mauvaises décisions entraînant la mort quasi-immédiate du personnage, le chemin de Franchepluy est finalement plus balisé qu'il en à l'air. D'un sens, c'est un peu dommage qu'Arthur Bouline - l'auteur - n'est pas poussé le vice jusqu'au bout de son concept. Mais cela n'empêche pas au roman de faire mouche, par son originalité et le style impeccable de l'écrivain. Arthur Bouline insuffle à son récit un ton léger, guilleret jouant sur les registres de langages d'une façon assez irrésistible.

Mais alors vu la note, qu'est ce qui cloche, dans Franchepluy ? Et bien je n'ai tout bonnement pas accroché à ce livre et aux théories qu'il développe. Certaines sont intéressantes, d'autres trop alambiquées, mais surtout, leurs apparitions, véhiculées par le personnage de Maître Frant, provoquent des coupures dans le récit qu'on en vient à redouter. Là encore, c'est sans doute mon maigre bagage philosophique qui est à mettre en cause et fait que toute ces belles pensées me laissent totalement froid. Et comme ces réflexions prennent petit à petit le pas sur le côté "policier", ce dernier s'atténue considérablement au fil des pages, au point d'être rapidement expédié sur la fin. J'avoue également ne pas avoir lu Franchepluy aux toilettes, comme le conseille Arthur Bouline avec bonne humeur, mais assis sur le coussin de mon balcon. Peut être que sur le trône, Franchepluy passera mieux ? C'est à essayer.

L'auteur paraît sympathique, son style enjoué, son premier roman à l'avantage de la prise de risques. Malgré ce que j'en pense, si vous avez l'esprit ouvert à ce genre de littérature, je ne peut que vous encourager à y jeter un oeil et à vous forger votre propre opinion.
Pour finir, voici le site d'Arthur Bouline où vous pourrez, entre autres choses, commander Franchepluy.

A découvrir
Thanatonautes (Les)
Thanatonautes (Les)
Herbe bleue (L')
Herbe bleue (L')
Dahlia noir (Le)
Dahlia noir (Le)