2/10Une Femme avertie... n'en vaut pas toujours deux

/ Critique - écrit par Danorah, le 18/07/2005
Notre verdict : 2/10 - On vous aura averties... (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 5 réactions

Un idée de départ intéressante, transformée en un tissu de clichés, de niaiseries et de situations convenues.

Chères lectrices, j'ai l'immense regret de vous annoncer que cet ouvrage vous est destiné en priorité. D'ailleurs le titre vous indique clairement de quoi il s'agit, à savoir rien de moins qu'une succession de 24 petites histoires, longues de cinq ou six pages, qui prétendent brosser des portraits de femmes. Et quels portraits ! Vous seriez en droit de vous attendre à un ouvrage fin et corrosif, en somme une sorte de satire... Mais vous n'êtes pas sans savoir que pour satisfaire de telles ambitions, l'auteur se doit de posséder un certain sens de l'humour et de la diatribe, ainsi qu'un style littéraire à toute épreuve. Et surtout, éviter l'écueil des clichés et de la banalité. Pas de chance, Michèle Clary ne semble pas avoir été avertie de cet état de fait avant de se lancer dans le périlleux exercice de style qu'est l'écriture.

Dès les premières pages, le style agressif de l'auteur vous saute au visage : vous êtes interpellée, glissée de force dans la peau du personnage (l'utilisation récurrente du pronom « vous », comme dans cette critique, se révèle à la longue terriblement horripilante, vous allez voir...) Et tant pis si le personnage en question ne vous convient pas. D'ailleurs à qui pourrait-il convenir, si ce n'est à la femme-cliché, stéréotype de la gent féminine contemporaine, accumulant toutes les idées reçues concernant cette dernière ? Michèle Clary déambule allègrement entre obsession pour la minceur, chagrins d'amour, stratégies de conquête amoureuse, visites de belles-mères, et vide intersidéral. Vous remarquerez tout de même un point positif : vous êtes prévenue dès le sous-titre de la médiocrité de l'histoire que vous allez lire (au hasard : « La mère d'une copine... », « Chasseurs de coeurs cupides », « Le squat chez Elina », « Une lutte organisée contre le chagrin d'amour », j'en passe et des meilleures...). Et si vous n'êtes pas encore tout à fait convaincue, le « chapô » est là pour vous achever, en vous résumant l'histoire à venir, le plus souvent de manière absconse et dans tous les cas peu avenante.

Admettons que vous ayez encore le courage (ou l'inconscience) de mettre le nez dans ces historiettes. Qu'y trouverez-vous ? Tout d'abord un néant scénaristique faramineux : pas d'intrigue à proprement parler, presque tous les récits s'achèvent en queue de poisson, vous laissant circonspecte. Mais qu'a-t-elle voulu vous faire comprendre à travers ces cinq pages ? Avec un peu de bonne volonté, vous imaginerez que le but était de dénoncer les clichés évoqués, et pourtant... Aucun procédé stylistique ne va dans ce sens. Mises à part quelques grosses ficelles (métaphores lourdement filées, effets de surprise tombant à plat, jeux de mots sommaires...), vous ne trouverez dans ce livre qu'un style parfois à la limite du vulgaire, souvent plat et ordinaire, et jamais vraiment éblouissant. Les fautes de goût, de syntaxe et d'orthographe ne relèvent pas vraiment le niveau, de même que la redondance des points d'exclamation, qui semblent vouloir vous inciter à rire après chaque phrase. Pourtant, il y a fort à parier qu'arrivée à la dernière histoire (si vous y parvenez, bravo !) vous n'aurez pas esquissé le moindre sourire.

Au comble du désespoir, vous n'aurez plus qu'à vous insurger contre l'image de la femme que véhicule ce livre : Michèle Clary vous fait incarner tour à tour une femme au foyer débordée par ses enfants, une autre délaissée par son mari qui ne jure que par son travail, une autre encore qui se fait surprendre en pleine séance de relookage avec masque sur le visage et bigoudis sur la tête, sans oublier l'inévitable conflit entre votre conjoint et sa belle-mère... Tout y passe ! Les personnages sont d'une médiocrité affligeante, leurs réactions font preuve d'une banalité insoutenable, et ne comportent jamais une once de fantaisie ou d'inattendu. Un ramassis de clichés dans toute leur splendeur.

Bref, il est évident que Michèle Clary a écrit son livre de manière particulièrement enthousiaste, et que l'idée de départ pouvait présenter un certain intérêt. Malheureusement, la qualité d'écriture ne suit pas, conférant à chaque récit une lourdeur incroyable. Manque de style, manque de contenu, donc manque d'intérêt : voilà comment résumer brièvement cet ouvrage, décidément pas du tout incontournable. Dommage, après tout l'idée n'était pas si mauvaise...

A découvrir
Apprenti assassin (L') - Tome 1 - L'assassin royal
Apprenti assassin (L') - Tome 1 - L'assassin royal
Mathieu Gaborit - Interview
Mathieu Gaborit - Interview
Empire des anges (L')
Empire des anges (L')