9/10Dreamcatcher

/ Critique - écrit par Lestat, le 05/06/2003
Notre verdict : 9/10 - rêve ou cauchemar ? (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 9 réactions

Dreamcatcher. Attrape-rêves. L'Attrape-rêves a pour origine une vieille légende indienne. Tissé en cercle parfait par une araignée, l'attrape-rêves filtre les rêves et les visions. Les bonnes pensées sont attrapées par la toile. Les mauvaises tombent dans un trou, au centre de l'attrape-rêves. Il est dit dans cette légende que l'attrape-rêves tient le destin de l'avenir...

Dreamcatcher est l'un des derniers écrits de Stephen King, maître de l'horreur pour certains, pour moi l'un des meilleurs romanciers américains, capable de jongler avec les styles tout en s'éloignant de son genre de prédilection.
Il y a Jonesy, Henry, Beaver et Pete, quatre amis d'enfance se retrouvant pour leurs parties de chasse annuelles, occasion d'échanger les souvenirs, les nouvelles et quelques bières au coin du feu. Jonesy, Henry, Beaver et Pete partagent plus que leurs passions pour la chasse. Henry pénètre les esprits, Jonesy devine l'avenir et le passé, Pete retrouve les objets introuvables et Beaver est le meilleur ami de Duddits. Duddits ? Lui aussi il est un peu différent, mais d'une autre manière : il est trisomique. La rencontre de Duddits et des quatres compères ne date pas d'hier. De leur enfance mouvementée, dans le terrain vague de Derry, trou du cul du Maine. Duddits au fil du temps a développé à son tour un pouvoir psychique. Ainsi qu'une leucémie qui le terrasse jour après jour. Il y a M. Gray aussi. M. Gray aussi est différent : petite taille, grosse tête, yeux noirs et gris de corps. Venu avec ses congénères dans une soucoupe, il a été accueilli à coup de mitrailleuse et de militaires véreux. M. Gray a ramené un virus. Une sorte d'eczema rougeâtre, développant un parasite vorace dans le corps du porteur. Tous ces protagonistes vont un beau jour se croiser...
De l'histoire, je ne dirai pas plus. D'ailleurs résumer Dreamcatcher est à la fois une trahison et une impossibilité. Plongé dans le paranormal et les pouvoirs psychiques, King nous offre une histoire très complexe et terriblement pessimiste. Passant du Grand Guignol au drame sombre, Dreamcatcher est un formidable roman, passionnant pour qui se donne la peine de le terminer. Etrange et prenant, naviguant constamment entre un X-Files de série et une histoire des plus pointues, on n'entre pas facilement dans Dreamcatcher. Truffé de flashbacks, de combats intérieurs et de références expliquées au fur et à mesure, le roman doit se lire comme il vient. Dreamcatcher n'est pas sans faire penser à ça, du même auteur. Se déroulant également à Derry, ville où King place ses histoires les plus tordues, ça narrait le combat entre des amis d'enfance et un clown maléfique puisant sa force dans les phobies. On retrouve dans ce roman les mêmes tendances aux flashbacks, la même atmosphère étrange propice aux combats psychologiques.
Poursuivant une partie de son oeuvre entamée davantage axée sur l'esprit et ses méandres, King va ici très loin dans le paranormal et nous livre un roman peu accessible aux néophytes, sombre, mais passionant de bout en bout.

A découvrir
American tabloïd
American tabloïd
Roue du temps (La)
Roue du temps (La)
Herbe bleue (L')
Herbe bleue (L')