Le Disque-Monde perd son inventeur

/ Article - écrit par nazonfly (), le 13/03/2015

Temps de lecture estimé de l'article : 1 minute(s) - 1 réaction

Saleté de maladie qui emporte les meilleurs.

Quand Terry Pratchett décrivait la Mort dans ses romans, c'était un grand personnage décharné, vêtu d'une cape sombre, d'une faux et d'un humour complètement absent. Peut-être est-ce lui (faut-il encore préciser que la Mort est de sexe masculin?) qui est venu chercher le célèbre auteur des Annales du Disque-Monde ? À moins que ce ne soit la Mort aux Rats, son minuscule acolyte qui, parfois, le remplace quand la Mort préfère aller pêcher. Toujours est-il que l'un ou l'autre ne l'ont pas raté cette fois, ce diable d'homme qui nous a fait marrer avec sa longue série loufoque tellement nonsense. Une série qui restera dans les annales de ce monde, un monde qui n'a pas semblé hésiter à faire subir l'une des pires maladies à Terry Pratchett.

Heureusement la magie de l'écriture est telle que la mémoire de Pratchett sera forcément perpétuée par cette rimbabelle de personnages tous plus marquants les uns que les autres : le miteux Rincevent, Maje du haut niv… d'un niveau certa… d'un niveau, le Bagage, ses centaines de petites jambes, ses dents et son coffre du tonnerre, le Bibliothécaire, le seul sin… euh hominidé capable d'atteindre les plus haut rayons de la bibliothèque de l'Université Invisible… Pour un peu, on les verrait presque se succéder dans un sinistre et joyeux cortège.

Alors, prêt pour l'éclat de rire final ?


DR.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Blue Öyster Cult, La carrière du mal - Interview de Matthieu Bollon et Aurélien Lemant