6.5/10Deux bisous ensorcelés

/ Critique - écrit par Luz, le 11/12/2008
Notre verdict : 6.5/10 - Parce qu'un seul, ce n'est pas assez ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Il était une fois un prince, qu'une méchante fée avait transformé en une affreuse et gluante petite gren... "Ah non, on me l'a déjà fait le coup du prince charmant !"

Sous les allures d'un J'aime lire, Isabelle Rossignol et Julien Rosa lancent une petite collection d'histoires pour enfant, Sos sorcières, en commençant par Les formules magiques et en osant un peu plus avec Deux bisous ensorcelés.

Sorcière, sorcière, ...

Crôa?
Crôa ?
Illustration de Julien
Rosa, Hatier, 2008, Paris.
Cette petite série de premières lectures pour enfants met en scène deux personnages principaux : deux jeunes demoiselles dotées de super pouvoirs, ce qui semble normal, pour des sorcières. Mais de gentilles sorcières bien sûr !
Susy est une petite rousse maladroite, fille et amie de sorciers, qui doit faire ses preuves pour devenir une grande sorcière. Heureusement, pour l'aider sur la voie de la sagesse et du contrôle des pouvoirs, Rose est là. Et Rose c'est la plus forte et la plus gentille des sorcières. On nous dit même qu'elle sauve tout le monde. Qui pourrait être mieux placé pour aider Susy dans ses aventures périlleuses ? Personne. Ou peut être Samantha Stephens, mais... elle est enfermée dans un petit écran fort malicieux à ce qu'on dit.

Pour une première lecture, il faut un texte simple, facile, et accessible, soit, mais il faut aussi un texte utile, complet et intéressant, car les enfants ne sont pas faciles à duper à cet âge-là (sauf par Dora..).
Ici on s'aperçoit vite que l'histoire est tout à fait bien plantée, bâtie sur des personnages omniprésents pour une série, et non seulement un livre, on s'y retrouve facilement. Elle contient une introduction récurrente, un début, une intrigue, un élément perturbateur, et une fin. Le tout en à peine 29 pages, partagées avec de grandes illustrations. Du grand art.

Une histoire simple, mais pas tant que ça, Je n'suis pas une souris verte !
Je n'suis pas une souris verte !
Illustration de Julien
Rosa, Hatier, 2008, Paris.
on part d'un conte connu : le prince charmant transformé en petit crapaud, et on change l'histoire. Ici le baiser censé rendre sa forme initiale à la petite créature n'a pas l'effet escompté, et comme le dit si bien Bénabar, « y'a pas forcément de prince charmant derrière tous les crapauds ! » La grenouille n'est pas un prince charmant, et abuse de la naïveté de la jeune sorcière pour parvenir à ses fins, et pour tenter de la dévorer, comme ferait le grand méchant loup avec le petit chaperon rouge. Seulement ici, le loup/crapaud a un profil de lion, et la force de l'ouragan.   

... fais gaffe à ton derrière !

Les dessins ont beau avoir une place importante, ils s'éloignent des illustrations pour le petit âge, et s'adressent parfaitement à un public de petites filles de 6/7 ans. Quand on voit les dessins, on ne peut pas s'empêcher d'y voir une ressemblance avec Tom-tom et Nana, mais en plus doux, et mignon. Ce côté esthétique sera peut être le point faible de l'oeuvre, car il y a tellement de livres pour enfants avec de merveilleuses illustrations, que l'on devient sans doute difficile sur ce point.

C'est un vrai bon livre de première lecture que nous présentent Isabelle Rossignol et Julien Rosa, mais contrairement à beaucoup de livres jeunesse, les adultes au coeur d'enfant, eux, n'y retourneront pas.

A découvrir
Herbe bleue (L')
Herbe bleue (L')
Parfum (Le)
Parfum (Le)
Ami retrouvé (L')
Ami retrouvé (L')