8/10Contes et légendes inachevés, Tolkien pas fini

/ Critique - écrit par nazonfly (), le 16/12/2013
Notre verdict : 8/10 - Contes et légend (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Alors que sort le deuxième volet de The Hobbit, nous vous offrons une plongée dans le monde de la Terre du Milieu, pas seulement celui de Bilbo mais celui de Tuor, d'Elros et de Cirion.

De l'histoire de la Terre du Milieu, John Ronald Reuel Tolkien n'aura fait publier de son vivant que deux livres : Bilbo le hobbit et Le seigneur des anneaux. Perfectionniste il a travaillé les dernières années de sa vie sur le Silmarillion qui sera mis en forme et publié par son fils Christopher plusieurs années après sa mort. Depuis de nombreux textes inédits ont vu le jour dont ces Contes inachevés « un recueil de textes disparates quant à la forme, le dessein, le degré d'achèvement et la date de composition [..] où il est question de Númenor et de la Terre du Milieu » selon les propres termes de Christopher Tolkien. Là où le Silmarillion proposait une histoire linéaire achevée, Christopher a cette fois effectué assez peu de modifications de ces textes, explicitant chaque choix en notes.

Le bouquin se découpe en plusieurs parties, soit plusieurs livres dans mon édition Pocket Junior de 1996, oui Pocket Junior parce que ces trucs d'elfes, de nains et d'orcs, c'était quand même pas considéré comme du sérieux à l'époque. Donc disais-je, plusieurs parties : Premier Âge, Deuxième Âge, Troisième Âge et... la quatrième partie que personne n'a apparemment osé appeler fourre-tout*.

Premier âge : Gondolin et Húrin

C'est donc une nouvelle véritable plongée dans le monde de Tolkien que nous offre son fils, une plongée qui débute par le plus ancien des textes portant sur la Terre du Milieu avec la venue de Tuor à Gondolin, la célèbre (ou pas) cité elfe cachée au milieu des collines. C'est assurément l'une des pièces majeures des Contes et légendes inachevés, tout d'abord par la description de Gondolin et notamment des 6 Portes gardant la cité et ensuite par l'arrivée de Tuor dans l'antique cité de Vinyamar qui est l'un de plus beaux morceaux écrits par Tolkien. Le second et dernier texte de cette première partie est La geste des enfants de Húrin, autrement appelée Narn i Hîn Húrin. De tous les écrits de Tolkien, ma préférence va sans problème à l'histoire terrible, injuste et magnifique, de Túrin Turambar. Húrin, le père de Túrin, est fait prisonnier par Morgoth, le terrible ennemi du Premier Âge de la Terre du Milieu (à côté de Morgoth, Sauron c'est de la gnognotte), est enchaîné sur la plus haute cime de la Terre et est maudit ainsi que sa descendance. C'est ainsi que Túrin va subir les pires souffrances qu'il serait trop long de détailler ici. Il y a dans l'histoire de Túrin et de sa sœur Nienor le souffle épique et la tristesse des plus grandes épopées et tragédies grecques : Húrin peut être relié assez facilement à Prométhée, Túrin partage certains traits avec Œdipe. Avec cette geste, Tolkien est loin de la niaiserie volontaire de Bilbo le Hobbit, loin même du manichéisme du Seigneur des Anneaux. Le travail de Christopher Tolkien sur cette partie a apparemment été énorme puisque son paternel était encore « en plein travail d'élaboration lorsqu'il décidé d'abandonner le récit ». Pour ceux qui ont aimé le récit écourté présent dans le Silmarillion, je ne saurais vous conseiller cette version assez complète.

Deuxième âge : Númenor et Galadriel

Nous ne ferons pas beaucoup de commentaires sur la deuxième partie principalement centrée sur l'île de Númenor qui n'a jamais été ma tasse de thé. Númenor est une île donnée par les Dieux aux Hommes pour les remercier d'avoir combattu Morgoth. Petit à petit, une partie des Hommes deviennent arrogants, renient leur amitié avec les Elfes et défient les Dieux. Au final l'île est submergée comme la très célèbre Atlantide de Platon. Ici on trouve une description détaillée de l'île ainsi que la généalogie des Rois successifs de Númenor. Le récit d'Aldarion et Erendis est l'un de seuls de la période númenóréenne : il n'en reste pas moins qu'il est très incomplet et, à vrai dire, assez peu exaltant même si cette histoire entre un Roi constamment attiré par la mer et une femme plus terre-à-terre reste intéressante. Le dernier morceau de ce Deuxième Âge est L'histoire de Galadriel et Celeborn, une histoire touffue puisqu'elle a beaucoup vogué sur les pages de Tolkien. On rappellera par exemple que Galadriel n'existait pas dans les premiers récits et qu'elle a été amenée à prendre de plus en plus de place chez l'auteur anglais. Déjà qu'on le qualifie souvent de sexiste, je n'ose imaginer ce que ça aurait donné sans Galadriel !

Troisième âge : Isildur et le Gondor

Les troisième et quatrième parties permettent d'asseoir les fondations du Seigneur des Anneaux : on y trouve ainsi plusieurs récits permettant d'offrir encore plus de background au Troisième Âge de la Terre du Milieu, qu'il s'agisse de la perte de l'Anneau par Isildur, de l'origine de l'amitié entre le Gondor et le Rohan (amenant in fine la sublime arrivée des Rohirrim dans le film de Peter Jackson), de l'expédition d'Erebor, c'est-à-dire l'histoire de Bilbo le Hobbit, racontée par Gandalf, des relations entre Saroumane et la Comté, d'explications sur les Istari (les magiciens comme Gandalf, Saroumane et Radagast) ou encore de l'utilisation des Palantiri, les pierres de vision que l'on voit assez brièvement dans le film. Il s'agit en fait ici de récits prolongeant le Seigneur des Anneaux et ses appendices, des récits pour la plupart écrits après le chef d'œuvre de Tolkien ce qui fait qu'ils sont, pour une fois, plutôt cohérents avec le monde cadré par le livre. Ces récits intéresseront forcément le curieux qui aime savoir ce qui se cache derrière le rideau.

Après le Silmarillion, ces Contes et légendes inachevés sont un pas de plus dans l'univers étourdissant construit par Tolkien, un univers qui ne s'est pas construit d'un seul bloc mais a été, au contraire, édifié pierre par pierre, détruit puis reconstruit, oublié, abandonné, retrouvé, modifié. Ce que Christopher Tolkien s'était refusé à faire sur le Silmarillion, à savoir fournir une suite de textes épars, il commence de le réaliser dans les Contes et légendes inachevés et le poursuivra dans les 12 volumes de L'histoire de la Terre du Milieu. On sent encore ici que Tolkien fils a tenté de donner une certaine unité aux textes, les a modifié pour qu'ils puissent être lus par un lecteur lambda. Faut-il réserver ces contes au fan de Tolkien ? Pas forcément même si, bien sûr, le lecteur vagabond débutant par ce bouquin aura bien du mal à entrer dans l'univers de Tolkien.

* Pour plus de précision, voici la liste des contes inclus dans chaque partie.

Première Partie :

De Tuor et de sa venue à Gondolin

La geste des enfants de Húrin

Deuxième Partie :

Description de l'île de Númenor

Aldarion et Erendis

La lignée d'Elros : les rois de Númenor

L'histoire de Galadriel et Celeborn

Troisième Partie :

Le désastre des champs d'iris

Cirion et Eorl et l'amitié entre le Gondor et le Rohan

L'expédition d'Erebor

La quête de l'Anneau

Les batailles des Gués de l'Isen

Quatrième Partie :

Les Drúedain

Les Istari

Les Palantiri

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Blue Öyster Cult, La carrière du mal - Interview de Matthieu Bollon et Aurélien Lemant