Claude Rizzo - Interview

/ Interview - écrit par Lestat, le 12/12/2005

Temps de lecture estimé de l'article : 8 minute(s) - 2 réactions

Interview de Claude Rizzo

Né en 1943, Claude Rizzo a décidé, un beau jour de 1996, de faire de l'écriture son nouveau métier. Aujourd'hui édité chez Michel Lafon, il répond aux questions de krinein.

Krinein : Si l'on suit vos biographies, nous voyons la vie d'un homme déjà bien remplie : à 18 ans, vous quittez votre Tunisie natale, devenez enseignant, puis chef d'entreprise pendant 20 ans, et enfin, romancier à plein temps en 1996. Qu'est ce qui vous a fait franchir le pas ?

Claude Rizzo
Claude Rizzo
Claude Rizzo :
 Le destin. J'ai toujours écrit. Puis, voilà quelques années, mon entreprise cédée, j'ai enfin trouvé la liberté de transformer une passion en métier. Et comme mes livres semblent plaire, et qu'ils se vendent, me voilà donc installé dans une seconde existence, qui m'offre bien du plaisir.

Durant les années 90, les moyens d'un jeune auteur pour se faire connaître n'étaient par définition pas les mêmes qu'aujourd'hui. Je pense notamment au média Internet, alors moins développé, qui permet désormais aux écrivains d'avoir un support pour certains de leurs textes. Racontez-nous votre cheminement jusqu'à vos premières publications.

Mon parcours est simple et banal. Et je pense que c'est ainsi que ceux qui veulent entrer dans ce métier devrait si prendre. Un éditeur local, après lecture de l'un de mes romans, a décidé de le publier. Une fois installé dans cet univers, au cours des salons et autres manifestations du livre, il est aisé de rencontrer les gros éditeurs parisiens. Michel Lafon, à qui j'ai remis l'un de mes manuscrits, l'a jugé digne d'intérêt. Et j'en suis à mon troisième roman avec cet éditeur.

Certains écrivains s'imposent un emploi du temps draconien. D'autres ont une approche moins organisée, plus instinctive. Vous même, comment écrivez vous ? Si il y en a une, quelle est la journée-type de Claude Rizzo, écrivain ?

Balzac écrivait la nuit, en buvant quatre litres de café. Victor Hugo travaillait presque sous le regard d'une pointeuse. Chacun à sa façon de caresser sa muse.
Quant à moi, bien que me levant tôt, je ne suis pas très inspiré au réveil. C'est l'instant du courrier et des tâches administratives (Un écrivain en a aussi). Au milieu de matinée, déjà plus en forme, je corrige mon travail de la veille. Un peu de sport vers midi. Indispensable lorsque l'on est assis toute la journée. Et l'après-midi une longue séance d'écriture. En dessert, pour finir la journée, une bonne heure de lecture.

Voulez-vous présenter votre oeuvre, pour nos lecteurs qui ne vous connaissent pas ?

Je ne vous citerai que les trois derniers romans, parus chez Michel Lafon
- Au temps du Jasmin.
- Le Maltais de Bab el-Khadra.
- Je croyais que tout était fini.

Par son sujet, nous pouvons mettre votre roman Le Maltais de Bab el-Khadra en parallèle de votre propre jeunesse. Peut-on dire qu'il est autobiographique ?

Il s'agit d'un roman autobiographique, je ne le cache pas.

Le Maltais de Bab el-Khadra se situe par ailleurs dans un contexte historique particulier, dont l'on a pas pleinement conscience en France. C'est un morceau d'Histoire qu'il vous était cher de transmettre ?

C'est d'abord une histoire, pleine de tendresse, d'émotion de couleurs et d'odeurs d'après les lecteurs. Mais il est vrai qu'elle raconte aussi l'épopée de cette communauté maltaise de Tunisie, composante de la société française, dont le destin est mal connu. La communauté dont je suis issu. Et ce roman est le premier à en parler.

J'ai lu qu'une adaptation au cinéma était prévue ?

En effet. Mais une adaptation d'un roman au cinéma est un long parcours, qui peut prendre plusieurs années. L'affaire est bien engagée. Mais rien ne peut garantir qu'elle aboutira.

Je croyais que tout était fini se déroule dans les Vosges. Une région où vous semblez toujours revenir...

C'est la région de mon épouse, là où je passe tous mes étés. Et ces belles montagnes et ses habitants m'inspirent.

Vos biographies indiquent que vous participez à des actions sociales. De quoi s'agit-il ?

"J'ai fait un peu de bien, c'est mon meilleur ouvrage" a dit Voltaire. Mes actions sont bien plus modestes et tournent toujours autour de l'écriture et de le lecture, et visent souvent les enfants, ceux qui veulent et ne peuvent pas par manque de moyens.

Quel est votre livre de chevet ?

Le portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde.

Pour continuer de plagier Proust, votre juron préféré ?

Les jurons que l'on garde en mémoire sont souvent ceux de sa jeunesse. Le mien est en maltais et ne dira rien à personne.

Quels sont vos projets ou votre actualité, à présent ?

Que demain soit égal à aujourd'hui. Continuer à écrire des romans en priant le Ciel que mes lecteurs les trouvent toujours à leur goût.

Je vous laisse le mot de la fin, la colonne vous est ouverte.

Nous faisons un métier de grande solitude. Et bien souvent, les témoignages de nos lecteurs viennent nous soutenir dans les instants de doute. J'invite donc tous ceux qui lisent mes romans à m'envoyer leurs remarques et leurs critiques. Elles m'aideront à leur offrir les instants de plaisir qu'ils sont en droit d'attendre d'un ouvrage.


En parallèle de cette interview, Claude Rizzo a souhaité nous faire cadeau d'une de ses nouvelles. Comme rien ne parlera mieux d'un auteur que ses écrits eux même, découvrez à présent Le rêve de Camerlo Farrugia. Avec tous nos remerciements et souhaits de réussite.

--

Le rêve de Camerlo Farrugia

Camerlo Farrugia n'était pas plus bête qu'un autre. Il avait même hérité de son père de cette forme d'intelligence pratique, bien plus adaptée aux problèmes de l'existence que tout ce que l'on peut apprendre à l'école.
Camerlo Farrugia savait à peine lire et écrire. Mais quelle importance. Personne n'a jamais demandé à un cocher maltais de Bab el-Khadra de réciter les fables de La Fontaine. Par contre, et c'était là l'essentiel, il connaissait Tunis comme la poche de son bleu de travail, la Médina autant les quartiers européens, et pouvait sans hésiter vous conduire dans n'importe quelle ruelle des souks des Tanneurs ou de celui des Parfums.

La veille, Camerlo Farrugia avait mis longtemps à s'endormir. Il y réfléchissait encore en assistant à la première messe du matin, appelée ici « Messe des cochers »
En sortant de l'église du Sacré Coeur, sans doute inspiré par le bon Saint Paul, sa décision était prise.
Le soir même il rendit visite à son cousin Coco Zammit ; un Zammit de la rue Malta Srira, dont le frère « faisait boucherie chevaline » au marché central, à ne pas confondre avec son autre cousin, un Coco Zammit lui aussi, celui qui s'était marié avec la plus jeune des filles Caruana de la rue de Monastir, et qui lui, tenait un éventaire de salaisons au marché de Bab el-Khadra.
Les deux cousins s'étaient assis devant un verre d'anisette accompagné de sa kémia.
- Je suis venu te voir, dit Camerlo Farrugia, parce que tu connais les automobiles aussi bien que moi je connais les chevaux.
- C'est vrai, je n'ai plus rien à apprendre en mécanique. Mais je suis surtout un spécialiste pour les Renault, mais aussi pour les Citroën, et je me débrouille pas mal dans les autres marques, répondit Coco Zammit d'un ton modeste.
Il but une goutte d'anisette avant de demander :
- Pourquoi ta question, tu veux t'acheter une automobile à présent ?
- Iva ! Mais pas pour me promener jusqu'à La Goulette le dimanche, mais pour faire le taxi-bébé.
Coco n'en revenait pas.
- Toi, taxi ?
- Oui, pourquoi ; c'est un miracle à t'entendre ?
- C'est pas un miracle, mais cocher, c'était quand même le métier de ton père, répondit Coco Zammit.
L'argument porta. Camerlo Farrugia se rendait bien compte que sa décision représentait un sacrilège. Une réticence qu'il s'était employé à vaincre depuis que cette idée lui était venue à l'esprit.
- C'est quand même pas de la faute de mon pauvre père si de nos jours les taxis nous mangent la laine sur le dos. Bientôt, à Tunis, il n'y aura plus que les vieux, ceux qui ont peur des automobiles, qui prendront nos karrozzins, dit-il, un ton plus haut.
- Ne t'énerve pas. Je te disais ça sans malice. Alors tu es décidé à faire le taxi, et tu veux que je t'aide si j'ai bien compris ?
Camerlo Farrugia approuva d'un geste de la main.
- Tu sais que je n'ai rien à te refuser. Bon, comment tu vois ton affaire ? demanda Coco Zammit.
- Tu es mécanicien, tu peux peut-être m'apprendre à conduire, et m'expliquer un peu de mécanique en même temps. Pour la licence, je m'en occupe par une connaissance qui est bien placée à la Résidence. Après, tu me trouveras une quatre chevaux, une bonne occasion, et surtout pas trop chère.
- C'est comme si c'était fait, lui dit son cousin en lui servant un autre verre. Et tu verras, tu apprendras vite. Nous, les Maltais, nous avons la voiture dans le sang.
- Une quatre chevaux, c'est après tout qu'un gros attelage, en conclut Camerlo.
Ils prirent ainsi rendez-vous pour le dimanche suivant avant de trinquer à nouveau. La nouvelle méritait bien une troisième tournée.

Camerlo Farrugia avait franchi un premier obstacle. Ne lui restait plus qu'à décider son épouse, fille de cocher, qui elle aussi était née au-dessus de l'une de ces écuries maltaises qui bordaient l'avenue Garros. Pour y parvenir, il eut l'habilité de lui parler de sous, de gros sous. Gracieuse ferma alors les yeux. Elle se vit habillée comme une Métropolitaine, couverte de bijoux comme Mme Bismuth, allant le dimanche en famille déguster un poisson complet à La Goulette. Elle accepta sans trop de réticences.

Ainsi, Camerlo Farrugia vendit sa calèche et son cheval et devint propriétaire d'un taxi-bébé.
Jamais, avant cette fameuse nuit, il ne regretta sa décision. L'abondance régnait chez les Farrugia de Bab el-Khadra. Les cochers du quartier éprouvaient de plus en plus de mal à nourrir leur famille et leurs chevaux. Gracieuse Farrugia se pavanait à la messe du dimanche dans des robes qu'elle achetait désormais dans les magasins de la rue de France.

Puis il y eut ce rêve. Et Carmelo, à l'image de bien des habitants du quartier, croyait aux messages contenus dans les rêves.
Son père lui apparut dans son sommeil. Celui-ci, dans sa tenue de cocher, son fouet à la main, portait sur son visage toute la misère du monde.
- Mon fils, qu'as-tu fait ? lui dit-il d'une voix où se lisait sa détresse. Tu as vendu la karrozzin qui appartenait à mon père, qui déjà la tenait du sien. Ton geste aura des conséquences graves, mon fils. Des conséquences dont tu porteras seul la responsabilité.
Ceci étant dit, le père s'éloigna en courbant l'échine. Et Gracieuse, éveillée en sursaut, découvrit son époux à genoux sur le tapis, bras ouverts, suppliant la Madone, les saints du paradis et tous ses morts de lui pardonner son crime.

Ce rêve bouleversa l'existence de Camerlo Farrugia qui, de ce jour, ne vivait plus que dans l'attente de la punition annoncée par son père.

Puis l'événement politique s'emballa. Ce fut ainsi, qu'un beau matin, Camerlo Farrugia et bien d'autres Maltais, accompagnés de Siciliens et de Juifs de Tunis, certains pleurant dans leur mouchoir, d'autres serrant les poings, virent disparaître au loin le port de La Goulette. Ils quittaient le pays où étaient nés leurs ancêtres, laissant derrière eux leur église, leur synagogue et leur cimetière.

En vous promenant à Marseille, quartier de Sainte Marguerite, peut-être pourrez-vous rencontrer Camerlo Farrugia. Si vous lui demandez de vous raconter la fin de son histoire, voici ce qu'il vous dira :
Le nationalisme tunisien, Bourguiba, l'arrivée au pouvoir de Pierre Mendés France, l'indépendance de la Tunisie et le départ des Européens, ne représentèrent que les péripéties de la punition que son père lui avait infligée.

Claude Rizzo

Tous droits reservés - 2005 - Claude Rizzo.

A découvrir
Portrait de Dorian Gray (Le)
Portrait de Dorian Gray (Le)
Parfum (Le)
Parfum (Le)
Jean de Florette
Jean de Florette