8/10Bulle et Bob à la plage

/ Critique - écrit par hiddenplace, le 17/06/2009
Notre verdict : 8/10 - Les pieds dans l'eau (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 1 réaction

Bulle et Bob à la plage est un conte court et efficace, pétillant par son environnement musical, qui cible clairement les tout petits en quête d’une belle expédition à la plage

Le soleil tarde à se coucher le soir quand Maman borde le lit, la maîtresse fait le  ménage dans la classe, et le fond du placard appelle au loin le cartable et le sac à goûter. Bientôt peut-être, pour les plus chanceux, il sera temps de sortir les palmes et le tuba, la pelle et le seau, les lunettes de soleil et le bob pour faire la guigne aux effets « écrevisse ». Dans notre lot de vacanciers, il y a ceux qui font leur excursion rituelle et annuelle sur le littoral, et puis il y a les novices, qui en font l'expérience sacrée pour la toute première fois.

Illustration d'Ilya Green
Illustration d'Ilya Green
issue de Bulle et Bob à la plage
texte de Nathalie Tual, Didier Jeunesse, Paris 2009
L'album Bulle et bob à la plage leur est tout spécialement destiné. Précisons toutefois que ce conte musical ne s'adresse pas à tous les explorateurs néophytes, mais exclusivement aux (tout) petits baigneurs en culotte courte. Sa lecture et son écoute pourront effectivement faire office de hors d'œuvre alléchant aux vraies festivités estivales, et c'est la pétillante Nathalie Tual qui s'est attelée à la tâche. Dans ce petit album carré agrémenté d'un CD et de durée assez brève, elle nous raconte un épisode minimaliste et assez ordinaire d'un été à la mer, en alternant les passages racontés et les petites chansons enjouées. Deux enfants, Bulle et Bob, découvrent les joies de la plage, construisent, bidouillent, expérimentent et font face aux aléas de la nature. Sur la thématique de la mer, avec une première exploration de la faune, de la flore et de tous les jeux qui peuvent s'y rattacher, elle chante les gestes simples («Tiens voilà la pelle »), les surprises aussi heureuses que désenchantées (« Il va où notre château ? ») avec des termes très prosaïques qui certes ennuieront peut-être les plus grands, mais mettront des mots sur des objets et des activités inexplorés des tout-petits. A travers les petites rengaines courtes et offrant une part belle aux allitérations et aux jeux homophoniques, l'expérience des divers éléments marins encourage aussi l'exploration par les sens : notamment le toucher et le goût dans « Douce et salée ». On regrettera sans doute l'aspect didactique un peu trop perceptible pour l'adulte, même si la forme reste dans son ensemble très agréable.

De sa voix à la fois familière et guillerette, Nathalie Tual semble être la conteuse attitrée pour emmener les plus jeunes et les plus espiègles dans son sillage. Sur les parties chantées, elle invite même les timbres cristallins de deux petits ménestrels en herbe, qui appellent définitivement le jeune auditeur à l'identification. Dépaysante jusqu'au choix des instruments qui l'immortalisent, la musique se fait aussi coquette que discrète. Les quelques harmonies polyphoniques (la voix de Nathalie Tual sur plusieurs pistes ou bien doublée des voix d'enfants) sont assez habiles et agréables à l'oreille. Les instruments, quant à eux, contribuent grandement à l'évasion vers l'océan, notamment le marimba et sa vibration limpide et très connotée d'une imagerie exotique et paradisiaque. Le ukulélé imprègne également l'atmosphère d'une effluve douce et légère plutôt efficace.

Illustration d'Ilya Green
Illustration d'Ilya Green
issue de Bulle et Bob à la plage
texte de Nathalie Tual, Didier Jeunesse, Paris 2009
Pour mettre en couleurs cette ambiance de vacances sucrée / salée, Ilya Green nous offre des illustrations numériques sereines et toutes en nuances. Les teintes caressantes présentent un rendu tantôt poudré et dans des tons d'ocre ou de gris-vert très lumineux, tantôt constellé de motifs fleuris et orientalisants (qui d'une certaine façon répondent graphiquement aux pincements légers du ukulélé) L'illustratrice semble d'ailleurs avoir imprégné ouvertement chacune de ses double-pages de références voilées aux estampes japonaises. Le tout poli, comme un galet sous le joug capricieux des vagues, par les aplats unifiés de la colorisation numérique. Les figures des deux protagonistes, aux postures plutôt réalistes et justes, sont adoucies elles aussi par leur traitement également en aplats, frôlant finalement un certain minimalisme qui épouse harmonieusement les décors plus sophistiqués. Globalement, il se dégage, de cette atmosphère aux teintes sablées et en gris colorés, une fraîcheur chargée d'iode et de la gracieuse indolence liée aux vacances.

En somme, Bulle et Bob à la plage est un conte court et efficace, pétillant par son environnement musical, qui cible clairement les tout petits en quête d'une belle expédition à la plage, et qui se laisse écouter et regarder sans déplaisir par les adultes aux alentours. Oui, ceux qui bullent sous leur bob dans leur transat, en jetant de temps à autre un œil rassuré sur leur petit aventurier des fonds marins. Fonds marins où l'on a pied, il va sans dire.

A découvrir
Laurent Kloetzer - Interview
Laurent Kloetzer - Interview
Ravage
Ravage
Portrait de Dorian Gray (Le)
Portrait de Dorian Gray (Le)