8/10Bulle et Bob dans la cuisine

/ Critique - écrit par hiddenplace, le 14/06/2010
Notre verdict : 8/10 - L'enfant aux tambouilles (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Après une première aventure efficace introduisant à merveille le premier contact avec la mer, cette nouvelle mouture de Bulle et Bob comble également toutes les attentes, avec pédagogie et poésie.

L'année dernière à la même époque, deux enfants dont les prénoms laissaient planer quelques effluves des vacances imminentes, se chamaillaient sur les bords de mer ou oeuvraient à l'édification d'une forteresse sablée (Bulle et Bob à la plage). Dans ce nouvel album, les voilà réunis et repartis vers une autre forme de sablé, sans doute encore plus tentant, puisque celui-ci présente l'avantage d'être... comestible ! Un nouveau voyage pour les petits Bulle et Bob, une expédition tumultueuse mais passionnante, finalement pas si éloignée des activités de plage... mais davantage à portée de main.

Fortes de leur première aventure en compagnie de deux jeunes personnages curieux et enjoués, la chanteuse-comédienne Nathalie Tual et l'illustratrice Ilya Green re-signent ensemble un nouvel épisode des éponymes Bulle et Bob dans la collection Polichinelle de Didier Jeunesse. Cette fois-ci, elles ont mis les petits plats dans les grands, et s'autorisent même une invitée d'exception, que nous découvrirons plus loin. Encore une fois elles mêlent musique et conte, situation quotidienne et imagination, pédagogie et poésie, foisonnement documentaire et panaché de couleurs et de motifs. A tout point de vue on retrouve et reconnaît la patte de chacune, on redécouvre aussi les caractères mutins des deux enfants, leur souci du détail et leurs questionnements authentiques. Cette fois-ci, le sujet qui les occupe et les préoccupe fait l'imparable unanimité chez nos mini-acolytes :  il s'agit de la cuisine, et plus particulièrement de la pâtisserie. Bulle et Bob passent l'après-midi chez leur grand-mère Miette (encore un sobriquet de circonstance !), et entreprennent de confectionner des petits gâteaux. Mais pour que tout « roule » (comme la pâte), il faut un minimum d'organisation, les instruments... enfin les ustensiles adéquats, et il faut impérativement que l'adulte veille au grain, évidemment.

Illustration d'Ilya Green
Illustration d'Ilya Green
issue de Bulle et Bob dans la cuisine
texte et musique de Nathalie Tual
éditions Didier Jeunesse, 2010
En employant le mot « instruments », je n'étais finalement pas dans l'erreur, puisque dans notre histoire, la batterie de cuisine est assez proche de celle d'un orchestre. En effet, Nathalie Tual accompagne le périple gastronomique de nos chérubins de petites chansons frétillantes et d'une ribambelle de sonorités entraînantes. Sa jolie voix fluette demeure tendre et rassurante, et entonne avec énergie des refrains toujours très simples s'encombrant rarement de fioritures, et qui expliquent de manière fluide et limpide les différentes étapes de la confection. A ce titre, le vocabulaire courant et direct (tel qu'il était dans Bulle et Bob à la plage) nous rappelle que l'ouvrage s'adresse sans conteste à de très jeunes enfants, mais reste une invitation de qualité à découvrir les mots justes autour d'une belle activité. L'aspect didactique se fait ressentir autant que le ludique puisque l'auteure notifie noir sur blanc que pour toutes les étapes délicates et dangereuses comme l'utilisation du four, la présence de Mamie Miette (ou de n'importe quel adulte) est indispensable. Par ailleurs la narration et la musique présentent l'activité culinaire comme un véritable jeu à plusieurs mains, avec des règles bien précises. Ainsi n'oublions pas de réunir chaque ingrédient et chaque outil au bon moment, de les faire résonner ou tintinnabuler les uns contre les autres pour marquer le rythme. Ajoutons à cela quelques réels instruments de musique plus ou moins exotiques qui viennent compléter le concert, comme le marimba et sa ponctuation douce et onirique (dans «Boîte en fer»), ou la clarinette et sa chaleureuse ligne jazzy. Pour sucrer l'atmosphère, deux voix d'enfant viennent incarner l'effervescence et la candeur des protagonistes à la fois dans les parties parlées et dans les chœurs. Et cerise (confite !) sur le gâteau : Nathalie Tual gratifie sa prestation d'une invitée de marque : la célèbre et appréciée des enfants (et des adultes) Anne Sylvestre. Sa voix chaude et chevronnée s'impose comme une évidence sur un des morceaux les plus poétiques de l'album : « Un joli voyage ». Les airs et refrains bien que répétitifs s'avèrent frais et délicats, et stimulent la mémoire des sons autant que celle des mots. Certains morceaux rappelleront sans conteste la célèbre scène du Peau d'Âne de Jacques Demy, où une Catherine Deneuve enjouée entonne la recette de son cake d'amour.

L'univers graphique dépeint par Ilya Green reste comme dans le précédent opus une véritable invitation au voyage, par un feu d'artifice de couleurs fraîches et acidulées. Cette fois-ci comme le thème le présage, les teintes sont toutefois légèrement plus chaleureuses que celles de la mer et de la plage, et s'orientent plus vers les rouges fruités et les bruns chocolatés. Par un travail numérique mêlant  les aplats parfaits au tracé manuel du stylet, elle donne toujours un rendu très personnel à ses ambiances, entre le graphisme moderne et la peinture naïve. Les motifs fleuris ou géométriques oscillent entre l'orientalisant et le psychédélique et donnent vie à une multitude d'objets, qu'il s'agisse des ustensiles, des ingrédients ou même des produits finis, petits gâteaux aux formes dépaysantes. L'illustratrice jalonne ses compositions d'anecdotes qui agrémentent le quotidien et la cuisine de tous les enfants, représente les personnages en proie aux imprévus et aux maladresses, leur servant sur un plateau les repères qui leur permettront de s'identifier.

Après une première aventure efficace introduisant à merveille le premier contact avec la mer, cette nouvelle mouture de Bulle et Bob comble également toutes les attentes, avec pédagogie et poésie. Les apprentis cuistots y trouveront leur compte afin de découvrir, en théorie dans un premier temps, les aléas de la pâtisserie. Dans un second temps, ils réclameront bien vite de se jeter corps et âme dans le bataille, nul doute que votre cuisine s'en souviendra longtemps... mais vos estomacs également.

 

 

A découvrir
I Need More
I Need More
Mathieu Gaborit - Interview
Mathieu Gaborit - Interview
Mort est mon métier (La)
Mort est mon métier (La)