8/10Sur le bord de la rivière Piedra je me suis assise et j'ai pleuré

/ Critique - écrit par Filipe, le 11/01/2004
Notre verdict : 8/10 - Une expérience pratique d'amour. (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - 1 réaction

Elle est debout sur mes paupières
Et ses cheveux sont dans les miens,
Elle a la forme de mes mains,
Elle a la couleur de mes yeux,
Elle s'engloutit dans mon ombre
Comme une pierre sur le ciel.

Elle a toujours les yeux ouverts
Et ne me laisse pas dormir.
Ses rêves en pleine lumière
Font s'évaporer les soleils
Me font rire, pleurer et rire,
Parler sans avoir rien à dire.

L'Amoureuse, de Paul Eluard


J'ai choisi l'Eglise catholique parce que j'ai été élevé dans son sein et que mon enfance était imprégnée de ses mystères. Si j'étais né juif, j'aurais choisi le judaïsme. Dieu est le même, bien qu'il ait mille noms ; mais il faut en choisir un pour s'adresser à Lui. Pilar vient tout juste de retrouver son meilleur ami d'enfance. Onze ans se sont écoulés depuis leur séparation. Lui est un homme de foi, pratiquant, qui possède entre autre le don de guérison. Elle est amoureuse de lui mais ne peut lui dire.

Ce récit est à la fois celui d'une étonnante rencontre amoureuse et d'une authentique profession de foi intérieure, c'est à dire la mise en parallèle de deux formes d'amour exclusif, de don total. La première de ces formes ne concerne que deux personnes de forme et d'aspect quelconque, qui en viennent, d'une façon ou d'une autre, à se désirer mutuellement. La seconde rapproche chacune de ces deux personnes d'une ou d'un ensemble de divinités bienfaisantes, en qui elles se confient et fondent tous leurs espoirs.

Immergés au plus profond d'une sorte d'univers qui tient de la féerie grandeur nature, Pilar et son compagnon vont faire l'expérience de ces deux formes d'amour et sacrifier leurs rêves au nom d'un rêve plus élevé : la paix de l'esprit. L'enseignement principal de l'Alchimiste, selon lequel l'univers conspire toujours en faveur de ceux qui rêvent est largement ré-employé. Perçue dans sa globalité, l'oeuvre est tout aussi passionnante. L'auteur y engage encore davantage ses propres croyances religieuses. Au fil des mots, on se prend à rêver.

Et si tu vas dormir, je dormirai devant ta porte. Et si tu t'en vas loin, je suivrai tes pas. Jusqu'à ce que tu me dises : « Va-t'en ! ». Alors je m'en irai, mais je ne pourrai cesser de t'aimer jusqu'à la fin de mes jours.

A découvrir
Fortune de France
Fortune de France
Ravage
Ravage
Sa Majesté des Mouches
Sa Majesté des Mouches