7.5/10Balthazar et les couleurs de la vie et des rêves aussi : une palette infinie

/ Critique - écrit par hiddenplace, le 19/02/2011
Notre verdict : 7.5/10 - Il était une fois la vie… des couleurs (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Voici un grand livre animé multipliant avec bonheur les expériences autour du monde des couleurs, un album qui offre une approche simple, douce, et riche de visuels, de vocabulaire et de manipulation pour l’enfant en phase de découverte.

La méthode Montessori est une pédagogie particulière. Elle se pratique généralement au sein d’établissements bien spécifiques, souvent en effectifs réduits, du fait des moyens qu’elle se donne pour viser ses objectifs : en quelques mots principalement l’autonomie et l’autodidactisme. Une méthode que l’on qualifiera aisément dans le jargon de « pédagogie différenciée » dans le sens où elle projette de s’adapter aux besoins de chaque enfant et place celui-ci au centre de ses apprentissages, à l’inverse d’une pédagogie où l’adulte prendrait l’initiative. A ce titre, Marie-Hélène Place et Caroline Fontaine-Riquier nous proposent un album animé directement adapté du principe Montessori, qui invite l’enfant à découvrir et manipuler les couleurs à travers un objet à la fois ludique et pratique.


Illustration de Caroline Fontaine-Riquier, issue
de Balthazar et les couleurs de la vie et des
rêves aussi, texte de Marie-Hélène Place,
Editions Hatier Jeunesse, 2011

Trois couleurs de base : bleu, rouge, jaune. Mais avant toute chose, un peu de soleil, un nuage gris, de la pluie… et soudain un arc-en-ciel. Voilà donc d’où les couleurs surgissent. Et c’est ainsi que débute ce grand et foisonnant livre animé, introduction au monde des couleurs pour les jeunes lecteurs avides d’apprendre, de comprendre, mais surtout d’expérimenter. Vêtu et coiffé de sa combinaison bleue et de son bonnet à longues oreilles, Balthazar (le lutin-phare de la série de livres « Aide-moi à faire seul ») sera le maître du jeu. Un petit personnage auquel notre minot s’identifiera sans peine, en tout point lui ressemblant, notamment par sa première qualité : la curiosité. Au fil des pages, on s’amuse tour à tour à littéralement ouvrir des portes ou des fenêtres (pour trouver réponses à des devinettes), à tirer des languettes (pour découvrir la vie, la faire évoluer), à manipuler des cercles chromatiques mobiles (pour saisir la composition des couleurs). Ainsi le lecteur est invité à retrouver les différentes nuances dans des éléments de la nature (animaux, fruits ou légumes) ou du quotidien (vêtements, objets usuels), à reconstituer les couleurs secondaires en mêlant les pièces transparentes teintées des couleurs primaires. Pour l’anecdote, on regrettera juste que sur le papier, le rouge primaire tende davantage vers le rose que vers le rouge ; même si l’on accorde au monde de la quadrichromie que le magenta soit plus sensiblement rosé que rouge, comme l’aurait été un vermillon. Malgré la justesse du terme employé pour la nuance, on craint simplement la confusion dans la tête du bambin. La dernière page offre une activité à partager avec l’adulte, une sorte d’ouverture pour donner un goût d’impatience à la relecture du livre : la roue des couleurs. L’enfant doit tourner une grande roue et faire apparaître un élément (animal ou végétal) d'une couleur bien distincte, et retrouver seul sur la petite roue la teinte qui le caractérise. En prolongement, on imagine qu’il pourra manipuler la petite roue et jouer sur l’association de la couleur choisie avec celle, pour changer, d’un élément de son univers réel.


Illustration de Caroline Fontaine-Riquier, issue
de Balthazar et les couleurs de la vie et des
rêves aussi, texte de Marie-Hélène Place,
Editions Hatier Jeunesse, 2011
Le texte simple de Marie-Hélène Place, présenté sous une forme manuscrite immersive et douce, accompagne les illustrations à la manière d’un petit poème tantôt en prose tantôt en vers. Pas de difficulté notable de lexique ou de tournure, Balthazar et les couleurs de la vie et des rêves aussi s’adresse bien aux tout-petits, et introduit des termes précis, nommant les éléments de la nature que l’on est amenés à voir, sentir, ou consommer dans la vie de tous les jours : fleurs, carottes, courgettes, pommes de pin… Le graphisme fin et délicat de Caroline Fontaine-Riquier s’auréole d’une colorisation tout aussi légère et harmonieuse à l’aquarelle, donnant à l’imagerie de Balthazar cet aspect traditionnel légèrement sage et daté, manquant hélas un peu d’audace. Voilà d’ailleurs une autre réserve qui interpelle dans ce projet  : malgré une saveur tendre et poétique qui saura toucher le jeune public, l’idée d’une illustration plutôt traditionnelle pour accompagner la méthode Montessori, pédagogie anti-traditionnelle par excellence, peut dérouter.

Voici donc un grand livre animé multipliant avec bonheur les expériences autour du monde des couleurs, et malgré un titre que l’on aurait pu raccourcir de ses derniers mots (le terme « et des rêves aussi » semble inapproprié et peu inspiré, d’autant plus que le monde des rêves n’est pas abordé, au contraire de la vie qui prend différentes formes dans la nature environnante de Balthazar), l’album offre une approche simple, douce, et riche de visuels, de vocabulaire et de manipulation pour l’enfant en phase de découverte des couleurs. Accessible et ludique, il saura toucher rapidement sa cible, surtout par son côté interactif, et devrait donner aux adultes l’envie d’approfondir les grands principes de la méthode Montessori.

A découvrir
Laurent Kloetzer - Interview
Laurent Kloetzer - Interview
Herbe bleue (L')
Herbe bleue (L')
Voie du cygne (La)
Voie du cygne (La)