7.5/10Dans l'atelier de Christian Voltz

/ Critique - écrit par hiddenplace, le 26/10/2011
Notre verdict : 7.5/10 - Rue Bric à brac (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - 5 réactions

Conserver, recycler, couper, coudre, tordre et assembler… sont les mots d’ordre de ce cahier d’activités qui devrait éveiller des vocations.

Peut-être certains d’entre vous sont-ils déjà familiers du travail particulier de Christian Voltz ? Alors vous serez certainement ravis de retrouver son atelier dans cet ingénieux cahier d’activités. Mais pour les autres, laissez-moi vous donner un aperçu de ce qui fait de l’illustration du Monsieur un univers reconnaissable entre tous, et surtout une intarissable source d’inspiration pour les petits bricoleurs qui sommeillent en tout un chacun. Nous avions déjà parlé de Christian Voltz à travers son Nous, les hommes ! ou encore dans l’un des contes de Rira bien qui rira le dernier ! Des boulons, des boutons, des coquilles de noix, du fil de fer… voilà (entre autre) ce qui fait la patte de cet illustrateur atypique : la récup’. S’il lui arrive encore de travailler en dessin plus conventionnel ou en collage « simple » de papiers découpés, la plupart de sa vingtaine d’albums déjà parus est construite autour de cette joie du recyclage, plus en relief et surtout plus singulière. Dans l’atelier de Christian Voltz, comme son nom l’indique, est donc l’occasion pour les enfants de rencontrer une pratique personnelle et amusante, et surtout de leur donner les moyens de la mettre en œuvre eux-même à la maison. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’Art du bonhomme est à la portée de tous, il suffit juste de voir un peu plus loin que le bout de son nez (en bois ?).

Dans l'atelier de Christian Voltz

Illustration de Christian Voltz, issue
de Dans  l'atelier de Christian Voltz,
Rouergue 2011
Amorcé sur de petits exercices d’observation du monde qui nous entoure, le cahier se présente comme une sorte de didacticiel de la sculpture à base de menus objets. L’illustrateur s’adresse directement à ses jeunes lecteurs sur un ton pédagogique ourlé de quelques petits traits d’humour : moment de détente en perspective. On commence par repérer les analogies de formes (visages, animaux, lettres) dans les machins et les bidules de notre quotidien que l’on est à deux doigts de bazarder. Une pince rouillée de Papa, la clef dont on ne sait plus quel tiroir elle ouvre, un lacet de chaussure cassé ? Non, ne les jetez pas ! Ils pourraient très bien cacher un dinosaure féroce, un bonhomme au long cou ou la queue d’une souris. Tout en parcourant les 32 pages de ce fascicule, l’apprenti-recycleur fait ainsi appel à son imagination en fouillant les photos de ces objets improbables en gros plan, comme il le ferait en scrutant les nuages pour y déceler des formes connues. Il est rapidement invité à passer à l’acte en complétant ou en reproduisant des silhouettes simples de bonhommes ou d’animaux, avec crayons ou feutres, puis plus spécifiquement avec le fameux fil de fer dont Christian Voltz est friand pour esquisser des graphismes plus fins. La recherche d’expressivité est également stimulée : on est amené à représenter les humeurs, les états d’un personnage. L’exercice est difficile, l’idée d’avoir un point de départ à accessoiriser peut débloquer la situation.

Dans l'atelier de Christian Voltz

Illustration de Christian Voltz, issue
de Dans l'atelier de Christian Voltz,
Rouergue, 2011
En dehors de la personnalité graphique caractéristique de l’auteur, on soulignera la qualité des photographies, mettant en relief le grain et la texture des objets, leurs petits détails, qui les rendent soudain intéressants et sophistiqués malgré leur trivialité et leur vétusté. L’ensemble du cahier est fidèle aux tonalités habituelles : ocre, marron, couleurs chaudes et naturelles en général, comme tout ce qu’on trouve autour de nous qui a été victime du temps et de la poussière. Parsemés au milieu des clichés de bibelots en tout genre, on relèvera la présence de petits personnages griffonnés au trait (très semblables formellement à ceux fabriqués de bric et de broc) venant glisser une boutade au coin d’une page et détendre l’atmosphère de cette expérimentation appliquée.

Conserver, recycler, couper, coudre, tordre et assembler… sont les mots d’ordre de ce cahier d’activités qui devrait éveiller des vocations. Expliquant pas à pas et selon une progression de difficulté croissante, Christian Voltz ouvre les portes de son atelier et met la lumière sur son univers attachant. D’autant plus attachant qu’il fait déjà partie de notre environnement… en attente et en petits morceaux ! S’il fallait grappiller un petit bémol au concept générateur de curiosité et d’ingéniosité que nous offre Dans l’atelier de Christian Voltz, c’est  que l’on aurait volontiers accueilli davantage de pistes de travail pour pousser nos petites sculptures vers des constructions plus complexes. On peut donc espérer que l’imagination fera le reste. « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. »

A découvrir
Grand nulle part (Le)
Grand nulle part (Le)
Mathieu Gaborit - Interview
Mathieu Gaborit - Interview
Empire des anges (L')
Empire des anges (L')