7/10Anges & démons

/ Critique - écrit par Lestat, le 02/10/2005
Notre verdict : 7/10 - Efficace. Voila. (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

Réveillé en pleine nuit pour analyser une mystérieuse inscription sur le cadavre d'un éminent scientifique, le symbiologue Robert Langdon se trouve mêlé à une improbable menace terroriste. La cible n'est rien de moins que le Vatican et les assaillants, une des plus influentes secte satanique au monde : les Illuminati. Alors que se déroule le conclave pour élire le nouveaux Pape, quatre cardinaux sont kidnappés et menacés d'exécution, tandis qu'une arme de destruction terrible, à base d'antimatière, est camouflée dans la Cité Sainte...

Da Vinci Code 2, le Retour. Voila ce qu'on est tenté de penser en parcourant Anges et Démons. Même personnage principal, Robert Langdon, même unité de temps réduite, tout le livre se déroulant grosso modo en 24 heures, même bras armé charismatique (après l'Albinos, voici l'Assassin) et, il faut bien le dire, même fatras esotérico-mystique plus ou moins avéré camouflant une histoire en elle-même plutôt routinière. Pourtant, ce roman, apparu dans les rayonnages français peu-après le succès fracassant du récent best-seller de Dan Brown, a pourtant bel et bien été écrit avant ce dernier. Ce qui ne fait qu'enfoncer davantage le Da Vinci Code dans le rang d'oeuvre surestimée. Le cadre change, Rome remplace Paris et les Illuminati l'Opus Dei, mais le schéma est à peu de choses près le même. A la différence qu'Anges et Démons ne semble pas avoir déclenché de pèlerinage furieux, envoyant des Américains partout dans Rome à la recherche de telle fontaine ou telle chapelle abritant autant d'indices quant à la voie de l'Illumination. Laissons là le marketing et le tourisme et voyons plutot cet ouvrage-ci.

Anges et Démons possède les mêmes qualités et les mêmes défauts que le Da Vinci Code, l'abattage médiatique et la déception en moins. Ceci d'un point de vue strictement littéraire, juger des véracités géographiques, architecturales, spirituelles ou historiques mises en avant n'étant pas de mon ressort. Il faut toutefois reconnaître qu'à ce niveau, Dan Brown a fait preuve de davantage de prudence. Si nous retrouvons (évidemment...) une introduction destinée à crédibiliser l'ensemble, celle-ci reste sage, égrainant quelques vérités générales et réflexions de comptoir sur l'antimatière. Quand aux Illuminati, il est mentionné que la secte existait bel et bien, sans plus de détails. Autant d'éléments permettant un tantinet de recul quand à l'intrigue et les informations qui y sont développées.

De là, nous suivons donc un chassé-croisé sans réelle originalité, usant de tous les clichés et figures imposées. La jolie fille, le méchant mystérieux, les meurtres crapuleux, le final à tiroir, jusqu'à cette insupportable manie toute hollywoodienne, voulant que l'ennemi balance tout son plan au héros avant que celui-ci ne s'en sorte par une pirouette. Bref, ça n'ébourifferait pas un fan de Tom Clancy. Pourtant, il faut reconnaître une chose à Dan Brown : il sait écrire et à ce jeu-là, il est plutôt bon faiseur. Bien rythmé, aux chapitres intelligemment découpés, d'une lisibilité qui frise l'excellence, le bouquin s'engloutit littéralement. La trame religieuse et complotante de l'intrigue y est pour beaucoup. Que ce qui y est avancé soit juste ou faux, Anges et Démons nous plonge dans d'obscures histoires d'itinéraires secrets, de satanisme, de franc-maçonnerie, de symboles tortueux mais aussi de technologie visant à prouver scientifiquement l'existence de Dieu, tout en nous promenant au sein du Vatican, ses rituels et sa garde suisse. Si l'ensemble est parfois dur à avaler et le trait du sensationnel parfois un peu gros, il se révèle assez passionnant à lire. Reste que la courte unité de temps s'accommode assez mal de ce gros pavé qu'est Ange et Démons qui sur la fin traîne méchamment en longueur. Un dernier acte qui pour ne rien arranger frise l'absurde plus qu'à son compte, tout en incluant une thématique fantastique peut être malvenue dans ce roman finalement terre à terre, bien que s'interrogeant sur la spiritualité.

Anges et Démons n'est pas un excellent roman, mais c'est un thriller efficace, mélangeant une intrigue intéressante à un traitement loin d'être aussi exaltant. Un livre de vacance parfait, pour se vider la tête et se la remplir de mystères bon-marchés. Ressorti en couverture et édition de luxe, Anges et Démons n'en méritait sans doute pas tant, mais aurait gagné à être connu chez-nous autrement que par le succès du Da Vinci Code.

A découvrir
Roue du temps (La)
Roue du temps (La)
Je suis une légende
Je suis une légende
Jean de Florette
Jean de Florette