8/10A la vie, à la guerre, par Julien Hervieux: l'Histoire au quotidien

/ Critique - écrit par Hugo Ruher, le 23/10/2014
Notre verdict : 8/10 - Le renouveau du roman-feuilleton (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 1 réaction

Un projet titanesque : écrire le journal semaine par semaine d’un jeune ouvrier à l’aube de la première guerre mondiale. Ce roman pour l’instant uniquement numérique est l’oeuvre d’un jeune auteur ancien prof d’histoire, déjà bien connu des internautes sous le nom de l’Odieux Connard.

D’accord, d’accord, je plaide coupable. Si j’évoque l’Odieux Connard dans l’introduction, c’est uniquement pour vous faire cliquer, et si vous êtes là, ça veut dire que j’ai réussi ma mission ! Toujours est-il que les amateurs de ce blog n’ont pas manqué de remarquer les qualités d’écriture du maître des lieux. Pourtant, ici aucun rapport. Julien Hervieux, de son vrai nom, propose dans A la vie, à la guerre un style radicalement différent.

Quelques mots d’abord pour expliquer ce projet atypique. A la vie à la guerre est disponible en livre numérique. Un épisode par semaine, chacun correspondant à la même date, un siècle avant. C’est à dire que le numéro du 3 juillet 1914 est sorti le 3 juillet 2014. Vous suivez? Chaque semaine, un nouvel épisode et ce, on l’espère, pendant quatre ans. On y découvre les péripéties d’Antoine, travailleur dans une imprimerie parisienne en 1914.

Mais si une vendeuse de box SFR était dans le coin, elle dirait “Et c’est pas fini !” Car en plus, le site internet de A la vie, à la guerre, propose des contenus inédits, suivant le point de vue de personnes qui côtoient ou qui croisent Antoine. Ou encore des gens se trouvant dans des endroits très différents, ce qui permet de mener la narration sur plusieurs fronts et de vivre la situation sur l'ensemble du territoire.

La grande Histoire par la petite lorgnette

Une manière, vous l’avez compris, d’en savoir plus sur la Grande Guerre, non pas au travers des livres d’histoires bourrés de chiffres et de cartes, mais par les yeux d’un homme ordinaire. Pas besoin d’être nécessairement un féru d’histoire pour y trouver son compte. Votre serviteur n’a pour l’instant lu que les deux premiers numéros, donc avant le début de la guerre à proprement parler, mais le tout est prometteur. On s’attache très vite aux personnages et on a envie d’en savoir plus, surtout lorsqu’on connaît ce à quoi ils sont sur le point d’être confrontés.

Un bémol cependant au niveau de l’écriture. Rien à dire concernant la qualité, c’est fluide, agréable à lire, vivant… Mais on ne ressent pas trop le côté “journal de bord”. Finalement, on est davantage face à un roman à la première personne. Même si cela n’enlève rien à l’aspect vivant et proche du personnage principal, on aurait aimé plus d’allusions au mode d’expression d’Antoine.

Comme je l’ai dis plus haut, pour l’instant je n’ai eu accès qu’aux deux premiers numéros disponibles gratuitement, il est donc difficile d’en dire plus. Mais ce qui est sûr, c’est que l’auteur sait nous donner envie d’aller plus loin. C’est donc une chaude recommandation Krinein pour ce projet vivant, éducatif, novateur et passionnant.

Pour découvrir le projet et acheter les livres c'est ici. De nombreux contenus sont gratuits mais pour les numéros hebdomadaires c'est 0,99 euros. Autrement dit, vous pouvez vous acheter une dizaine de numéros au lieu de prendre un ticket pour Ninja Turtles. Si ça c'est pas un bon plan!

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Blue Öyster Cult, La carrière du mal - Interview de Matthieu Bollon et Aurélien Lemant